Marquer tous les forums
comme lus

Sujets actifs du jour
Voir les nouveaux
messages depuis
votre dernière
visite
AccueilGinetteDans la nuit... une ombre (RP terminé)
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion


Forum RPG Ewilan école Merwyn RP Ellana Edwin Merwyn Vivyan Ts'Liches Marchombre Al-Poll All-Jeit Dessin Académie jdr Poésie RPG école médiéval fantasy Bottero jeu de rôle jeux de rôle RP forum quête monde salim duom
 

Partagez | 
 

 Dans la nuit... une ombre (RP terminé)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar

Voleur
Messages : 227
Inscription le : 15/12/2007

Voir le profil de l'utilisateur http://fallen-eternity.skyrock.com/
MessageSujet: Dans la nuit... une ombre (RP terminé)   Ven 1 Fév 2008 - 23:46

L’ombre s’enfonça dans les fourrés, dissimulé par la clarté de la lune, éclairé par les ténèbres des sous-bois. Un bref craquement de brindilles fit s’envoler une chouette courroucée, qui le fusilla du regard. D’un bond, il sauta lestement par-dessus une souche recouverte en sa base d’une mousse séchée, tout en rentrant la tête pour éviter qu’une branche un peu basse ne vienne le décapiter. Il courrait presque, accélérant toujours plus l’allure, laissant une cape aussi noire que sa chevelure flotter derrière lui dans d’étranges mouvements coulants. La soie qui la composait faisait se refléter l’éclat diaphane de l’astre, renvoyant de toutes parts de frêles lueurs blanches.
Son pas étouffé par le tapis épais de feuilles automnales s’accentua davantage encore, sa respiration se calqua sur le fou galop de son cœur, et il releva la tête. Manqua de se prendre une branche dans la figure, et ne dut qu’à un réflexe instinctif de ne pas gésir sur le sol inanimé. Se relevant d’une culbute, l’ombre passa rapidement ses doigts le long des vêtements pour en ôter les débris végétaux qui s’y étaient fixés. Et reprit aussitôt un rythme d’une rapidité et d’une légèreté égales.
Il jeta un coup d’œil rapide devant lui. Les lumières lointaines commençaient d’atteindre son œil de leur halo laiteux. Les torches. Crées par le dessin, sans doute, car jamais elles ne vacillaient. Il atteignait son but premier.
Mais, tout d’abord, il préférait l’avoir en vue. Elle. Depuis des jours qu’il préparait son intrusion, depuis des nuits qu’il s’entraînait plus que jamais pour être parfait. Absolument parfait. Niveau escalade, bien que ce ne soit pas son domaine de prédilection, mais aussi rapidité, et, surtout et particulièrement, le silence.
Depuis que les Mercenaires du Chaos avaient envahi ELLE, les gardes de nuit étaient renforcés, et il sentait la présence d’une Sentinelle très puissante en son sein. Et, aussi et surtout, une légende, dont l’ouïe très développée et le invincibilité n’étaient plus à démontrer.
Lui.
Il ne devait pas le rencontrer, ce soir. Car, si c’était le cas, deux solutions s’offriraient à lui. Fuir, et abandonner son plan, ou alors jouer les nobles, et proposer ses services. Quelle solution… Mais c’en était une quand même. De toute façon, il n’avait plus le temps de songer à une autre issue de secours si jamais il croisait Lui dans un couloir.
Tâchant de positiver, il avança, et repensa à tout ce qui l’avait amené ici. La personne qui l’avait tirée jusque dans ces environs, pourtant si évités par lui.


**
Encore une de ces journées à traquer les femelles, à voler de ci de là. Encore une de ces journées qui se répétaient, larcin après larcin. Des femmes, juste après des femmes. Marre, marre. Shaïlan errait sans but, les mains dans les poches, pour une fois qu’elles n’étaient pas sur la croupe d’une femme, ou dans les poches des hommes. Pour tout dire, il s’ennuyait. Depuis longtemps qu’il n’avait organisé un de ces grands cambriolages. Il avait envie de ces grands projets, qui vous font battre le cœur, qui vous prennent aux tripes, de ces plans où vous y mettez le cœur ! Il avait envie de conquérir le monde, pas de traîner et de ramasser toutes les dépravées qui traînaient. Il voyait grand. Très, grand. Alors il vagabondait dans les allées, à la recherche du déclencheur. Qui pourrait l’emmener vers des aventures grandioses et des coups d’Etat, des guerres et des secrets, des noms gravés dans la roche pour l’éternité et des histoires que l’on apprend dans la rue. Il voulait que son nom soit retenu. Pas forcément en bien, mais après tout pourquoi pas. Il se mettrait du côté des gagnants, de toute manière.
Mais, il fallait de l’action, nom d’un Merwyn en paille !

Alors qu’il raclait du pied sur les dalles déjointes, un homme attira son attention. Où plutôt, attira son regard par son absence de mouvement, et par sa discrétion. Il était adossé contre le mur, les mains dans les poches. Point. Même ses habits étaient normaux.
Ce qui attira l’attention du kleptomane, c’était son regard glacé... fixé sur lui-même. Que lui voulait t’il...

-Viens avec moi.
-Pourquoi ?
-Parce que.
-Mais...
-Pas de mais qui tienne, voleur. Viens avec moi.

Intrigué, et, d’un même temps, excité par un peu de nouveau dans sa vie de kleptomane, il suivit l’inconnu dans une venelle glauque et insalubre. Dans laquelle étaient rassemblés quelques humanoïdes nauséabonds et pestilentiels, ce qui importunait le jeune noble. Des mercenaires, à leur dégaine. Pas du Chaos... Non, des soldats et des hommes de tous horizons, qui n’attendait que le gain et l’argent. Peut-être aussi des femmes, il ne saurait en juger.
Ceci étant, son interlocuteur se tourna vers lui en privé, s’éloignant des autres gros pères.


-J’ai besoin de toi.
-Pourquoi ?

-Tu connais l’Académie de Merwyn… ?
-Et comment !
-Alors je te confie cette mission…

**

Et il était là.
Sur ce rocher. Avec l’Académie qui s’étendait à ses pieds, à quelques centaines de mètres de dénivelé. Enfin... depuis le temps qu’il voulait pénétrer ses portes. Et qu’il rêvait d’ouvrir la porte de CE bureau. Celui de maître d’armes... et d’y subtiliser un objet.

Mais alors que Shaïlan s’apprêtait à se jeter à l’assaut du vide, solidement attaché à une corde, pour déscalader la paroi, il fut coupé dans son élan par un bruit singulier.
Une.. chanson ? Une voix ?
C’était quoi ça encore ?
Loin de se laisser démonter, le jeune homme lança vivement la corde dans le vide, et plongea, se dissimulant ainsi de la silhouette qui avançait. Suspendu en contrebas, contre la roche noir, il était invisible... ou presque.



_______________
avatar

Marchombre
Messages : 1576
Inscription le : 12/08/2007

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Dans la nuit... une ombre (RP terminé)   Sam 2 Fév 2008 - 16:57

Elera avait senti une irrésistible force toute la soirée. Une force qui l'attirait vers quoi ? Elle ne savait même pas. Juste… une force. Quelque chose… Elle devait faire quelque chose… Mais quoi ? Elle s’était dirigée vers les dortoirs, comme tous les soirs, puis s’était arrêté brutalement au milieu du couloir, les yeux fixés sur un point invisible à tous, elle exceptée. Les arbres formaient des ombres noires sur l’horizon encore rougi par le soleil qui s’en allait. Le ciel s’assombrissait, tournant doucement violet, puis d’un bleu plus profond. Les étoiles n’étaient pas encore visibles. Elle savait maintenant.
Ce qu’elle cherchait, c’était la nuit.
Et la nuit arrivait. Elle l’attendrait.
Un instant, l’indécision apparut au fond de ses pupilles. Devait-elle y aller, ou rester à l’intérieur ? Son hésitation disparut rapidement ; cette fois, Elera ne pouvait ignorer les battements de son cœur. Dévalant les escaliers, elle évita soigneusement les quelques adultes qui faisaient déjà leur tour de ronde. Ce n’était pas trop difficile, sachant qu’elle n’était pas la seule élève encore à vagabonder avant de se diriger vers les dortoirs. Elle se faufila dehors, observant le ciel s’allumer lentement. Cette nuit était spéciale, tout comme l’avait été le crépuscule. Elle marchait, et comme souvent auparavant, c’est vers les montagnes qu’elle se dirigea. Elle se souvenait. Cette nuit… Elle lui rappelait une nuit dans ses montagnes, avec la louve. Elles avaient chanté cette fois là.
Elera grimpait, prenant appui sur la moindre pierre qui passait sous ses doigts tâtonnants. Elle avait failli tomber plusieurs fois, mais s’était rattrapée in extremis. Ni la chute qui lui avait égratigné le bras, ni les pierres pointues qui lui entraient dans la paume ne l’arrêtaient. Elle montait, suivant un chemin invisible qui avait plus de prises et formait des méandres sur la paroi. Plus haut dans l’encre noire de la nuit.
Vers la lune.
Finalement, elle se reposa contre le tronc d’un arbre pour reprendre son souffle. Elle était trempée de sueur, mais elle se sentait bien. Elle avait atteint son but. Elle n’était pas montée très haut dans les montagnes, mais d’ici, elle avait une vue claire de la lune. Elle formait un croissant de lumière parfait sur le manteau nocturne. Assise sur une branche basse, Elera se mit à chanter en l’observant.
Sa chanson n’avait rien du chant des loups ; Elle n’avait aucune parole non plus. Elle chantait une mélodie de notes claires qui volaient sur le vent. Elle avait appris cette chanson lorsqu’elle était petite, mais le temps avait avalé ses paroles. Il ne restait que la mélodie, qui elle ne pouvait sombrer dans l’oubli. Aujourd’hui, elle était destinée à la lune, à la louve et à tous ceux qui l’écoutait. Mais il ne devait y avoir personne ; qui se promenait dans les montagnes en pleine nuit ? Pour elle, c’était une exception…
Tout à coup, la lune disparut à moitié derrière un nuage fin. Elera transforma son chant en un simple fredonnement, sauta à bas de l’arbre et commença à s’éloigner prudemment. Elle faisait bien ; au détour du sentier, il ne restait que le vide. Si elle était allée plus vite, elle serait sûrement tombée, tout comme le caillou qui avait roulé sous ses pieds. Une chute de si haut aurait été fatale. L’Académie était en vue, mais elle ne voulait pas y retourner tout de suite. De toute façon, cela voudrait dire répondre à des questions auxquelles elle ne pourrait répondre. S’asseyant sur un gros rocher à ses côtés, Elera laissa ses pieds pendre dans le vide et se tut enfin. Maintenant, elle écoutait les bruits de la nuit, le sourire aux lèvres. Mais son sourire disparut peu après, remplacé par un froncement de sourcils. Une corde… Il y avait une corde accrochée au rocher. Un escaladeur l’avait-il oublié là ? Elera jeta un coup d’œil en contrebas, suivant la corde des yeux. Elle disparaissait dans les ombres, invisible dans les ténèbres. Rien… Juste la roche noire.. Ou alors, est-ce que… ? Ce point pâle, était-ce un visage ?

avatar

Voleur
Messages : 227
Inscription le : 15/12/2007

Voir le profil de l'utilisateur http://fallen-eternity.skyrock.com/
MessageSujet: Re: Dans la nuit... une ombre (RP terminé)   Sam 9 Fév 2008 - 12:54

La voix se tut. Il pouvait sentir une atmoshpère de doutes et de soupçons s'installer, sur le plateau juste au-dessus de lui, où la chanson résonnait encore en écho. Se pourrait-il que la personne l'ait vu ? C'était bien possible. Shaïlan n'avait pas eu le temps de dissimuler la corde qui lui servait de rappel. Et, en aucun cas, il devait se faire voir. Sa mission, s'il pouvait l'appeler ainsi, reposait entièrement sur l'anonymat, la rapidité, et le silence. Qu'on le démasque, et il devrait repartir, les mains vides, et subir les foudres de cet homme bedonnant qui lui avait fait confiance... et lui avait déjà versé une partie de la récompense, connaissant la réputation du voleur.
Non seulement, son argent était en jeu, mais sa tête et son honneur. Il ne devait pas être vu. Pas même par le plus petit des microbes sur la puce qui suce le sang du chien vagabondant aux alentours de l'Académie. Cette pensée-là en tête, le kleptomane retint un instant son souffle, et se laissa descendre encore un peu, tout doucement, priant pour que les mouvements qu'il influait à la corde ne se remarquent pas au-dessus. Certes, ils étaient minimes, mais une personne avertie en vaut deux, et donc quatre paires d'yeux étaient braquées, les sourcils probablement froncés, sur la corde qui ceignait un rocher, à la recherche du moindre indice de présence humaine. Soudain, le jeune homme dut s'immobiliser entièrement. On venait de produire une secousse sur le cordage, comme si l'on cherchait à le déloger de son appui. Dangereux, ça ! Sans rappel de sécurité, la descente serait extrêmement périlleuse, et le moindre faux pas, ou la moindre erreur dans le choix des prises serait léthale. A cette perspective, Shaïlan déglutit. Une chute de quelques cent mètres n'était pas dans le haut de son tableau des activités préférées, loin de là.
Les doigts fermement resserrés sur un morceau de granit, il attendit, le coeur battant et sans respirer, que les secousses s'arrêtent. Il espérait de tout son coeur ne pas voir l'extrémité du cordage tomber à ses pieds...
Et si.. Non, il ne fallait pas penser à pire. Il y avait pire ? Oui, que la personne jette la corde dans le vide avec un bloc de roche attaché, pour l'entraîner dans les abîmes. Mais ! Je t'avais dit de ne pas y penser idiot ! Maintenant t'as les jambes qui tremblent, abruti !
Full stop. Faire le vide. Inspirer. Expirer. Les mouvements de son arrimage s'étaient arrêtés. Ce qui voulait dire que la personne en haut ne tirait plus dessus. Sauvé, ou presque. Parce qu'à la place, il entendait clairement des bruits de pas. Mais qu'était donc l'inconnu en train de faire... il ne voulait même pas savoir.
Reprenant petit à petit de professionnalisme,, le voleur continua sa descente, lentement, mais son esprit entièrement concentré vers la sécurité. Quelques dix mètres le séparèrent encore un peu plus de l'indésirable. Il en profita pour faire une pause, et poser ses pieds sur une excavation plus profonde. Il eut même la possibilité de s'asseoir, ce que le kleptomane ne se gêna pas pour faire. Il avait donc l'Académie comme panorama.
Et quelle vue..
Les torches éternelles qui flamboyaient en délimitaient les frontières, et les lueurs enflammées ne s'arrêtaient même pas à l'horizon. Elles éclairaient jusqu'à la paroi qu'il descendait. Mais, d'en haut, on ne voyait pas grand-chose de ce qui se passait directement contre le mur de granit, sauf si on avait une acuité visuelle particulièrement développée... ce qui n'était en aucun cas à exclure.
Sans plus vraiment s'en soucier, le jeune home continua son examen visuel de l'Académie. Le bâtiment principal était si riche que le décrire était impossible. Le dôme qui le surplombait devait abriter le hall d'entrée gargantuesque. Mais ce qui retint l'attention du voleur, ce ne fut ni les riches gargouilles sur les toits, ni les dorures des ailes annexes... Mais cette tour noire, à l'écart, à peine éclairée, et dont l'aura si forte exhalait une odeur de mystère et d'inconnu. Dommage que ce ne soit pas son objectif ce soir... mais il reviendrait, juste pour le plaisir de pouvoir fouiller cette tour lugubre.
et puis le parc, qui englobait les plaines alentours... On pouvait parfaitement distinguer la cascade, dans une verdure florissante, et, si on suivait du regard le ruisseau qui en partait, on arrivait à cette immense étendue aqueuse. Le lac. Lui aussi, il faudrait qu'il l'explore. A vrai dire, il avait tellement envie de tout voir qu'il venait de se trouver sa mine d'or. De quoi passer ses nuits pour les dix ans à venir, du moins si l'Académie existait encore d'ici là. Les rumeurs concernant les Mercenaires du Chaos allaient bon train ces temps-ci. Paraîtrait même que l'Académie avait été infiltrée, et que certains de ses élèves avaient été corrompus... Malins, ces Mercenaires.

Une secousse plus forte que les autres le ramena à la réalité. Jetant un vif coup d'oeil en arrière, il put entrapercevoir la silhouette indésirable s'arrimer elle aussi à la corde, et sembler se préparer elle aussi à la descente. Mince..
Il fallait dissimuler son visage. Sortant rapidement de l'une des multiples poches dans ses manches une cagoule de soie noire, il la passa rapidement. On ne voyait plus de son visage que les yeux, mais ceux-ci étaient d'un gris indéfinissable, aussi il était quasi-impossible de les retrouver dans une foule. Puis, la course commença. L’inconnu commença de déscalader.
Provoquant le plus de secousses possibles sur la corde, de façon à gêner son opposant sans entraver ses propres mouvements, Shaïlan se laissa glisser le long du rappel le plus rapidement possible, les doigts à peine serrés autour des fibres de la corde, pour accélérer encore plus.
Il ne fallait pas qu'il soit rattrapé...



_______________
avatar

Marchombre
Messages : 1576
Inscription le : 12/08/2007

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Dans la nuit... une ombre (RP terminé)   Sam 9 Fév 2008 - 21:29

Un visage… Pas sûr. Peut-être un simple reflet.
Hésitante, Elera continua à fixer les ténèbres. Toute son attention était fixée sur la corde. Elle bougeait lentement, mais cela ne voulait rien dire ; elle pouvait tout aussi bien vaciller sous le vent que sous le poids d’un escaladeur nocturne.
Qui ?
D’abord, découvrir s’il y avait bien quelqu’un. Elera prit la corde entre ses mains et commença à la secouer brusquement. Pas un bruit. S’il y avait bien quelqu’un, il, ou elle, ne se laissait pas surprendre. L’inconnu se maîtrisait et restait silencieux. Tirer alors, pour savoir s’il y avait du poids au bout. Il semblait que oui, elle n’arrivait pas à remonter la corde. Effrayée, elle la lâcha et fit deux pas en arrière.
Maintenant qu’elle était positivement certaine que quelqu’un escaladait dans le noir dans les alentours de l’Académie, qu’est-ce qu’elle allait bien pouvoir faire ? Tournant en rond sur le rocher, elle réfléchit. Elle pouvait repartir en arrière, rentrer en agissant comme si elle n’avait rien vu. Elle jeta un coup d’œil vers les lumières encore et toujours allumées qui lui indiquait la position de l’Académie. Mais si quelque chose d’étrange arrivait plus tard, elle s’en voudrait de ne pas avoir essayé de démêler le mystère de la corde. D’un autre côté, la personne au bout pouvait bien être dangereuse…
Le problème, c’est qu’elle était curieuse. Bien trop curieuse. Prudente ? Oui, mais seulement au milieu du pétrin… Incapable de s’éloigner, elle réfléchit de nouveau à ses options. Parler ? Non. Elle ne ferait qu’offrir des informations sur elle à l’inconnu qui s’en servirait sans attendre. Il savait qu’elle savait qu’il était là, puisqu’elle avait bougé son appui brutalement. Ou alors il était aussi stupide qu’un Raï. Visiblement il ne voulait quand même pas qu’elle découvre qui il était, sinon il ne continuerait pas à se cacher. Donc, silence. Parler ne servirait à rien. Si elle voulait savoir, elle allait devoir le suivre et trouver par elle-même.
Et s’il la tuait ? Il ne semblait pas vouloir être découvert…
N’y pense même pas.
Mais le doute était déjà entré en elle. Sa main s’approcha instinctivement du mini sabre offert par le forgeron. En cas de problème, elle avait toujours ça… Déterminée maintenant, elle s’accrocha elle aussi à la corde et commença à descendre, espérant que la corde tiendrait. Une chute serait fatale…
Les prises étaient beaucoup plus difficiles à trouver ici que sur le chemin qu’elle avait prit à l’allée. L’inconnu devait être bien plus doué qu’elle à l’escalade. Elle regarda en bas, cherchant à estimer la distance entre elle et lui. Mais il restait invisible. Soudain, la corde s’ébranla brutalement. Le pied d’Elera glissa de la prise qu’elle utilisait pour s’équilibrer et elle se heurta la tête contre la paroi en se rattrapant. Ma parole, il voulait la tuer ! Les secousses continuèrent. L’inconnu s’activait et s’éloignait rapidement si elle en croyait la corde qui bougeait de moins en moins fortement. Il avait définitivement quelque chose à cacher. Cela ne fit que déterminer Elera encore davantage ; elle descendait, et rapidement. Mais elle savait qu’elle ne pourrait pas le rattraper. Aucune chance. Elle s’était rapprochée tout de même. Une nouvelle fois, la corde se balança brutalement. Cette fois, Elera lâchât carrément la corde et resta suspendue dans le vide.
Elle glissait. Elera lança un regard horrifié à la corde à laquelle elle s’était attachée mais dont le nœud coulait en se détachant. La peur dans ses yeux, elle tendit la main pour se rattraper… Trop tard. Chute libre. Elle ne pût s’empêcher de lancer un cri de surprise qui monta dans l’air frais pendant qu’elle tombait, tombait…
Elle essaya de se retenir à la paroi, mais elle ne réussit qu’à s’écorcher les bras et à ralentir un peu. Elle ne trouvait pas de prises assez grosses…
*Nooooonnnnnn*
Trois secondes, quatre. Pas plus avant qu’elle ne voit un bras habillé de noir se tendre vers elle et l'attrape. Poussant un soupir de soulagement, Elera laissa les battements de son cœur ralentir en s’accrochant à son sauveur comme si elle ne le relâcherait jamais. Puis elle suivit le bras des yeux, arriva à une épaule, puis à une cagoule noire et enfin deux yeux. Gris.
Un instant, la peur réapparut dans ses yeux. Mais il l’avait empêché de s’écraser en bas, ce n’était pas pour la tuer maintenant, si ? Serrant le bras de l’inconnu encore plus fort qu’avant, elle souffla :

- Merci.

Puis elle attendit. Elle n’était pas encore sortie d’affaire. Tout dépendrait des actions suivantes de l’homme… et de son identite.

avatar

Voleur
Messages : 227
Inscription le : 15/12/2007

Voir le profil de l'utilisateur http://fallen-eternity.skyrock.com/
MessageSujet: Re: Dans la nuit... une ombre (RP terminé)   Jeu 14 Fév 2008 - 3:07

Le cuir tanné de ses gants commençait à couiner et à fumer, tellement il descendait vite. La corde lui glissait d’entre les doigts, il en avait à peine le contrôle : il tombait plus qu’il ne descendait. Mais il n’en avait cure. Tout ce qui importait pour le fugitif, c’était de mettre le plus de distance possible entre lui et l’inconnue. Car il en était sûr en jetant des coups d’oeils de temps à autres, son poursuivant était une femme. Pas très vieille, peut-être encore jeune fille... Mais elle était bien réelle. Et avec elle, le risque de se faire démasquer, découvrir, trahir.. ou bien remarquer par les vigiles qui faisaient leur ronde nocturne dans les alentours des bâtiments de l’Académie de Merwyn. Il fallait disparaître, parmi les sillons de la roche, les ténèbres des renfoncements... ou le flou de la distance.
Shaïlan se stoppa derrière un rebord, invisible à tout regard, pour tenir compte de la distance qui le séparait d’elle.
Alors qu’il levait les yeux vers sa poursuivante, il n’eut pas le temps de dire ouf, qu’une masse informe le percuta de plein fouet. Tellement fort qu’il chuta avec elle.
L’espace d’une seconde, sa vie défila devant ses yeux. Classique, non ? Il ne vit pas sa vie en long et large et travers et diagonale, non. Il y vit juste Dolohov. Sous tous les angles, tous les âges et toutes les humeurs. A croire que son cousin l’avait tellement traumatisé dans leur enfance que la dernière image qu’il conserverait de lui avant de mourir serait son regard goguenard et supérieur... Pathétique, Shaïlan.
L’espace d’une seconde...
Dolohov le blond, adulte déjà, dans un corps d’enfant.
Dolohov, le grand, le jeune tant admiré de ces jeunes nobles, parce qu’il était connu.
Pas lui.
Pas Shaïlan.
Il avait toujours été le second, dans l’ombre de son cousin blond, il avait toujours été le nabot, persécuté par le Zil’Urain. Jusqu’au jour de son départ. Où il avait tellement caché son lien de parenté avec l’homme si haï qu’il l’avait oublié lui-même. Jusqu’au jour de la rencontre. Où il avait revu l’homme si haï.

Il souriait, dans sa chute, le temps d’un battement d’ailes.

Il fut si brutalement freiné dans le saut qu’un glapissement rauque sortit d’entre ses lèvres. Un craquement écoeurant avait retenti dans les coins de son épaule droite, et il était à présent suspendu dans le vide. Un poids dans le bras gauche.
Une personne dans le bras gauche. Heureusement que la cagoule qu’il portait empêchait la jeune fille de voir son expression. Le voleur grimaçait de douleur. Le poids de l’inconnue, additionné au sien-propre, pesaient si lourdement sur son bras tordu qu’il serras les lèvres..
Et tout ce qu’elle trouvait à dire, c’était merci ?!?!
Un flot d’insultes parvint au cerveau de Shaïlan, insultes qu’il stoppa avant qu’elles ne franchissent ses lèvres. Il fallait rester froid. Distant.
Calculateur.
Observateur…
Réfrénant son envie de lâcher la gamine, le kleptomane jeta un coup d’œil au-dessus. La corde s’était enroulée autour de son bras, et il la maintenait fermement au moyen de sa main gantée. Mais le problème, c’était que le cuir tanné glissait. Glissait même très fort !
Les deux humains perdirent tout d’un coup un bon mètre, parce que le cordage glissait.
Shaïlan cria. Son bras chauffait, et lançait des vagues de sensations douloureuses, pour lui rappeler qu’on ne se suspend pas comme un singe à une corde avec une femelette à l’autre bout !
D’un coup d’œil inquisiteur, le jeune éphèbe vit qu’elle ne faisait rien pour essayer de se raccrocher à la paroi. D’une voix impatiente et légèrement déformée par la douleur, mais tout de même modifiée pour les besoins de son masque, il cracha :

-Bon sang, bouge-toi, j’vais pas rester comme ça longtemps, remue-moi !

Elle essaya, semblant se réveiller enfin. Mais elle devait être à un bon mètre de la paroi, même en tendant le bras. Mince. Et lui, ne pouvait pas se balancer sans s’arracher le bras. Cherchant un moyen de poser la demoiselle en détresse quelque part, Shaïlan regarda partout autour de lui. A gauche : Rien. Droite ? Nada. En haut ? Pas la peine d’y penser.
Restait la corniche, à environ un mètre plus bas. Ca pouvait marcher, si elle arrêtait de se tortiller dans tous les sens !
D’une voix toujours déguisée, et plus posé, il reprit :

-Bien, ma p’tite madame, je vais descendre d’un bon mètre, alors tâche de pas rater le rebord, là bas, compris ?

Ne prenant pas le temps d’attendre qu’elle acquiesce, il desséra légèrement les doigts, et commença de glisser. Lentement.. doucement.. on pose les demoiselles comme sur un plateau de porcelaine.. Allez, quelques centimètres encore ! Ca y était.
Mais alors qu’elle allait s’y installer, le gant qui recouvrait la main qui tenait la corde se déchira sur toute sa longueur, et les deux tombèrent encore.
Shaïlan poussa un autre glapissement. Son bras venait de produire un deuxième craquement, et l’angle de son coude était bizarrement dans le mauvais sens. Il grimaça à s’en mordre la lèvre. Et cette gourgandine qui se bougeait pas ! La plate-forme, elle avait juste à lever le bras pour l’atteindre, pas lui !


-Bon sang, dépêche-toi de monter, la fille, j’ai pas toute la soirée !

Ce qu’elle fit, enfin. Les trois quarts de la pression sur son bras meurtri disparurent, et le jeune homme put changer d’appui. A présent, la main gauche assurée sur la corde, son bras droit pendait, flasque, et brisé, le long du corps. Oh, il s’en remettrait, mais, pour le moment, il le lançait tellement fort qu’il s’ouvrit la lèvre.
Une minute passa, où il se laissa balloter au bout de la corde, tâchant de reprendre son souffle, tandis que sa poursuivante le dévisageait. Il s’en foutait, il avait toujours sa cagoule qui masquait ses traits.

Il commençait à avoir mal au bras, à vrai dire... Mais il ne pouvait atteindre la plate-forme, de là où il était...
S’il ne trouvait pas de solution, tout de suite là maintenant, c’était la chute assurée... Réfléchis, ducon !
Nan, il allait lâcher, là, il était fatigué... et son gant glissait inexorablement, toujours plus…
Dans un dernier sursaut d’énergie, il se hissa, jusqu’à pouvoir plier entièrement le coude sous sa hanche, et remonter de cinquante centimètres. S’il bondissait, peut-êter pourrait-il atteindre l’excavation...
Ce qu’il fit...
Et faillit rater.
Shaïlan parvint à se hisser péniblement, du moins du tronc. Les jambes pendaient encore dans le vide... et son bras droit pendait toujours. Le voleur se ramena à l’unique force du biceps gauche.
Une fois assis sur le plate-forme, il se laissa aller contre la roche, et ferma les yeux quelques secondes... Un peu de calme dans ce monde de brutes...


-Et bien.. la prochaine fois, préviens-moi avant de tomber, la miss, veux-tu... Quel est ton nom ?


_______________
avatar

Marchombre
Messages : 1576
Inscription le : 12/08/2007

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Dans la nuit... une ombre (RP terminé)   Jeu 14 Fév 2008 - 23:27

Chute, encore.
Le cœur d’Elera repartit dans sa danse effrénée alors que l’inconnu, qui se retenait par un bras, glissait. Elle regarda en bas, se demandant s’il n’aurait pas été mieux qu’elle ait peur de ce vide. Mais non, elle observait l’obscurité et devinait le sol, loin dans les profondeurs, sans aucune crainte. Elle ne tomberait pas. Déjà, parce qu’il la tenait, et ensuite, parce qu’elle ne voulait pas tomber. Elle ne VOULAIT PAS tomber. Elle trouverait une solution pour s’en sortir, comme à chaque fois qu’elle s’était retrouvée dans une situation difficile dans le passé. Sauf que, pour l’instant, elle ne pouvait penser à rien. Son esprit était vide de la moindre initiative. Elle fixait la paroi, le regard vide. Elle était faite de roche granuleuse, d’un gris qui tendant vers le noir, avec quelques fissures blanches. Pointue à certains endroits, elle formait des prises dangereuses. D’autres parties très lisses rendaient l’escalade impossible pour qui n’était pas un maître de cet exercice. Et puis elle voyait quelques prises plus arrondies, des trous dans la montagne pour les moins doués. Là, elle voyait une tête de Raï avec une cicatrice blanche lui barrant le visage. Laissant son regard glissé sur un dessin plus gai, elle identifia la Dame et resta là à fixer un point plus foncé de la roche qui, dans son esprit, était devenu un œil. La montagne la regardait…

La voix de l’inconnu la ramena soudain à la réalité. Elle releva la tête vers lui et sentit qu’il ne tiendrait pas longtemps. La paroi… Elle devait attraper la paroi. Elle tendit le bras aussi loin que possible, mais il était trop court. Elle devrait soit sauter, soit se balancer. Mais il était hors de question qu’elle quitte la seule chose qui la retenait loin de la mort. L’homme lui expliqua ensuite son plan. Attraper le rebord ? Quel rebord ? A oui, la corniche en bas… Elle ferma les yeux une seconde, cherchant à trouver ses forces. Les idées plus claires, elle s’apprêta à se placer sur la corniche quand ils tombèrent encore. L’inconnu cria de douleur, et Elera entendit un craquement d’os. Effrayée, elle en oublia la corniche et laissa son attention revenir sur l’étranger, mais il la ramena immédiatement à l’ordre. Elle grimpa le plus vide possible puis se retourna vers lui. Son bras droit pendait misérablement le long de son corps.

Et c’était de sa faute. Elle n’aurait pas dû le suivre.

Non. C’était lui qui avait secouer la corde comme un malade pour la distancer.

Soupirant, elle fit de la place pour qu’il puisse monter à son tour. Trouver les raisons de cette situation ne changerait rien aux faits… Il semblait fatigué mais finit par se hisser sur l’abri provisoire à son tour. Elle s’apprêtait à l’aider, mais il réussi seul malgré son bras inutile. Elera se recroquevilla contre la roche alors qu’il fermait les yeux, exténué. Soulagement. Au moins étaient-ils en sécurité pour le moment. Elera n’essaya même pas de penser à la manière dont ils partiraient ; ils verraient bien. Après.
En attendant, elle l’observait. L’avait-elle déjà vu ? Il lui semblait que non, et pourtant le doute planait. Comment être certaine sans voir son visage ? Qui était-il ? Elle saurait bien assez tôt, il ne risquait pas de s’enfuir… Sortant de ses pensées pour répondre à la requête de l’inconnu, elle marmonna :

"J’espère qu’il n’y aura pas de prochaine fois, mais je crierai plus fort si elle arrive quand même…"

Puis elle réfléchit à la deuxième question, craintive. Répondre ? Se taire ? Mentir ? Elle ne savait toujours pas qui il était ni ce qu’il faisait là… Elle opta finalement pour son véritable nom. Mentir était hors de question pour elle, et se taire ne ferait qu’alourdir sa méfiance. Il ne pourrait rien faire de son nom de toute façon. Elle aurait souhaité lui poser ensuite ses questions, mais ce n’était pas le moment. Il venait de la sauver, ce n’était pas pour l’assaillir maintenant. Alors elle formula sa question de manière à ne pas le faire. Elle savait bien que d’autres auraient profité de sa faiblesse, mais elle n’était pas de ce genre de personnes. Elle répondit donc posément :

"Mon nom est Elera. Comment devrais-je vous appeler ?"

Puis elle s’approcha de lui, pensant à l’onguent Ramancinure qu’elle avait fait en cours. Sa potion était loin d’être parfaite, mais elle pourrait quand même diminuer la douleur qui enflammait le bras de l’homme. Elle le sortit d’une poche de son uniforme et le lui tendit, faisant très attention de ne pas s’approcher du bord plus que nécessaire. Plus personne en pourrait l’attraper si elle tombait.

"Tenez. Ça devrait rendre la douleur supportable."

avatar

Voleur
Messages : 227
Inscription le : 15/12/2007

Voir le profil de l'utilisateur http://fallen-eternity.skyrock.com/
MessageSujet: Re: Dans la nuit... une ombre (RP terminé)   Sam 16 Fév 2008 - 0:57

Juste deux minutes au calme...
Son bras meurtri le lançait affreusement, à présent qu’il ne subissait plus aucune tension. Comme pour lui rappeler que quoiqu’il fasse dans les minutes qui suivraient, il sera voué à être manchot tout le temps que durerait la nuit. En tout cas, ce qu’il savait, c’est que sa mission avait avortée. Il ne pourrait pas être parfaitement opérationnel avec cette épaule démise, et ce coude brisé. Ah, quel sot il avait été de rattraper cette jeune fille... C’était sa bourse, si ce n’est plus, qui en pâtirait. S’imaginer seulement s’introduire dans les murs d’enceinte, c’était devenu du domaine de l’impossible. Il ne pourrait pas franchir les remparts.
D’un, parce qu’il n’était pas assez doué en escalade pour grimper d’un seul bras, et de deux parce que la fille risquait de donner l’alarme, s’il tentait quelque chose.
Coincé sur ce rocher... pour le moment, l’horreur.
Bon. Autant mettre ce temps perdu à profit, et essayer de soutirer le maximum d’informations de la gamine, sans trop éveiller ses soupçons. C’était faisable, non ?
Elera... C’était le premier pas, la mettre en confiance. Si elle avait répondu franchement, c’est qu’elle n’allait pas lui mentir pour la suite. Voilà qui était intéressant. Elle ne se méfiait pas.
Mais alors elle était curieuse, ce qui risquait de poser un problème majeur. Quoique...
Le jeune homme, sans prendre la peine de répondre pour l’instant, passa la main gauche sur l’épaule démise, ce qui lui tira une grimace de douleur. C’était salement amoché. Mais c’était remettable.
Et pas besoin de rêveurs pour ça. Même la fille, là, pourrait faire l’affaire. Mais, plus tard, plus tard...
Sa cagoule était toujours en place, et ainsi, son rictus passa inaperçu. Alors qu’il allait répondre à la fille, celle-ci tira une sorte de fiole, contenant un onguent suspect, de sa poche. Puis s’approcha, et le lui tendit.
Shaïlan l’accepta de bon cœur. Si elle lui proposait son aide, c’est qu’elle ne le considérait pas comme dangereux. Le jeune homme se saisit de la fiole, la posa sur la roche un instant, et s’affaira tout d’abord à ôter son ample manteau de cuir. Pour cela, il dût se relever, ce qui lui tira une nouvelle grimace, et se débrouiller pour ne pas trop se faire mal, en enlevant le lourd tissu, qui couvrait ses épaules.
Une fois que cela fut fait, il restait simplement vêtu d’une tunique aux manches courtes, qui mettaient en valeur son corps quasi-parfait, ses bras minces, et sa peau hâlée. D’un geste lent, il releva la manche de son bras blessé. Quand tout ceci fut fait, il put se rasseoir, et commencer à étaler la crème aux vertus quelque peu apaisantes.
Le masque qui lui couvrait toujours le visage...

La solution parut un peu apaiser la douleur, mais ne l’effaça pas pour autant. Il n’y avait qu’une seule solution à ça. Du moins pour son épaule démise. Pour le coude, aucune solution présente n’était valable.

Shaïlan tendit à nouveau la fiole à Elera, un signe de tête en remerciement. Puis, la voix toujours faussée :


- Tu peux m’appeler Monsieur, ça ira parfaitement. Ou alors, tu peux me tutoyer, ça ne me dérangera pa
s.

Puis, un rictus déformant ses lèvres sous la cagoule, il changea de position, de telle sorte à pouvoir atteindre, dans le fond de sa poche, une flasque en métal. Shaïlan en avala une goulée, laissant l’alcool brûlant lui raviner la gorge et noyer la douleur. Il la reboucha tant bien que mal, d’une seule main.


Le temps passa sans un bruit, après. Le voleur avait renversé la tête en arrière, contre la roche, fermé les yeux. Et se reposait, rassemblant son courage, pour la tâche qui allait suivre.

Alors qu’on pouvait le croire endormi, le kleptomane reprit, la voix un peu moins stable :


-Maintenant, j’ai besoin de toi, bien que cela ne me satisfasse pas. J’ai le coude brisé, ça je ne peux rien y faire pour le moment. Mais j’ai également l’épaule démise. Or, ça, tu peux m’aider à y remédier. Pour ça, il va falloir que tu fasses quelque chose d’assez... répugnant, ou désagréable.

Avant de continuer, il s’assura que son manteau de cuir n’était pas tombé, et s’allongea sur le sol de la plate-forme, les épaules face à la jeune fille. Et reprit :

-Tu vas te mettre debout, et poser le pied sur son épaule. Voilà, comme ça. Prends mon bras, vers le haut.
Quand je te le dirai, tu tireras un coup sec, tu m’entends ?

Shaïlan serra les dents, pour éviter de se mordre la langue, et attendit un peu...

-Vas-y.


_______________
avatar

Marchombre
Messages : 1576
Inscription le : 12/08/2007

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Dans la nuit... une ombre (RP terminé)   Sam 16 Fév 2008 - 23:43

Elera observa l’homme pendant qu’il répandait l’onguent sur son bras. Fin, musclé, sûr de lui, professionnel… Elle n’avait pas à faire à n’importe qui. Elle voulait savoir qui il était. Un nom… Elle n’attendait que ça. Un nom, et un visage auquel le rattacher. L’un elle ne pouvait pas avoir, la cagoule noire cachant toujours le visage de son interlocuteur. Pour l’autre, tout dépendait de lui. Allait-il répondre à sa question ? Plus le silence se prolongeait, plus elle en doutait… Mais elle aurait quelque chose pour l’identifier, quoi que cela soit. Une onde de mystère l’entourait, et sa curiosité habituelle la poussait à la traverser en lui trouvant une identité. Finalement, il lui tendit son onguent avec reconnaissance. La potion semblait avoir eu un effet positif, si limité. Enfin il répondit, ironique. Elera, qui attendait ses prochains mots en espérant, laissa soudain ses épaules retombées. Une moue déçue s’afficha sur ses traits.

Monsieur…
Il voulait qu’elle l’appelle Monsieur… Il n’avait même pas osé lui donner un faux nom. Il ne s’était même pas donné une fausse identité. Cela l’aurait classifier comme un menteur, mais son anonymat était bien pire. Il ne la reconnaissait même pas, il était indifférent et restait dans l’ombre la plus totale. Il continuait à parler de sa voix neutre et monotone qui n’était même pas la sienne, Elera en était sûr. Il se moquait d’elle, tout simplement.
Monsieur…
Elle l’avait aidé à diminuer sa douleur, alors qu’elle aurait très bien pu le laisser seul bloqué ici et repartir prévenir quelqu’un. Elle aurait pu faire pression sur son bras, lui poser des questions pendant qu’il n’était pas capable de se défendre. A la place, elle lui avait donné le temps de se remettre et lui avait donné sa potion.

Quelle idiote elle avait été.

Les hommes de son genre manipulaient les autres, ils ne les respectaient pas. Monsieur l’avait jugé faible, et maintenant il se servait d’elle. Elle s’était présentée à lui, et lui ne daignait même pas s’identifier, reconnaître qu’il était pour sa petite personne. Il la croyait complètement aveugle.
*Tu as tord, MONSIEUR.*

Elle était prête à faire face aux conséquences de ses actions ; prête à faire face à la haine, à l’incompréhension, au mépris le plus total. Mais pas à l’indifférence. Une colère sourde montait en elle. Elle s’en étonna elle-même, tellement il était rare que cela arrive. Mais elle ne pouvait pas la taire, elle ne pouvait pas l’effacer ou la rejeter. Là où la haine et le chaos avait échoué à effacer son sourire, l’indifférence avait allumé une flamme destructive en elle. Elle ne pouvait pas l’effacer… mais peut-être pouvait-elle la diminuer. Sinon, la situation risquait de mal tourné, comme la fois où cet idiot de guerrier avait osé attaquer la louve. Sans sa sœur, quelqu’un serait sûrement mort ce jour là. Elle devait se calmer, elle ne pouvait pas laisser la haine dicter sa conduite. Elle se l’était promis ce jour là. Au prix d’un effort colossal, elle réussit à reprendre assez de contrôle sur elle-même pour que le brasier devienne torche, puis bougie. Elle brûlait ; mais maintenant Elera pouvait la diriger et la contrôler assez pour ne pas faire quelque chose qu’elle regretterait.

Alors comme ça il ne lui donnerait pas de nom. Elle lui avait donné le sien, lui avait accordé autant de confiance possible vu les circonstances, et tout ce qu’il trouvait à dire, c’était Monsieur. Son visage, alors. Elle lui volerait son visage. C’est lui qui regretterait… Il s’était moqué d’elle ? Elle aussi le ferait… Pas en le dédaignant, pas en lançant des mots à une figure voilée, mais en lui volant ce qui lui était le plus cher à ce moment. Bientôt.
*On ne se moque pas de moi comme ça, monsieur. Pas s’en recevoir une petite leçon.*

Il ne remarqua pas la flamme en elle. Ou plutôt, il vit les signes sans pouvoir les lire, car ils étaient trop rares, trop imprévisibles. Elle même ne les connaissait pas vraiment, ne se sentant pas souvent dans cet état. Elle aimait ; elle ne pouvait se mettre en colère contre ce qu’elle aimait. Pourtant il avait réussit, ou plutôt, celui qu’il n’était pas mais derrière lequel il se cachait avait réussi. Et il ne le savait pas. Il n’avait aucune idée de l’effet que ce ‘monsieur’ avait eu sur elle. Il ne pouvait pas lire cette expression dans ces yeux qu’il ne connaissait pas. Seuls ceux qui la voyait souvent auraient pu deviner que son état n’était pas normal, remarquer que ses gestes étaient à peine plus raide qu’à l’ordinaire et son menton levé un peu plus haut. Mais il ne la connaissait pas ; il ne pouvait savoir qu’elle n’était pas toujours comme ça.
*Dommage, monsieur. Dommage.*

*Tu as besoin de moi ? Et tu ne doutes pas que je t’aiderai… Tu as raison. Je t’aiderai, parce que je ne peux pas te voir souffrir, et parce que ce n’est pas contre toi que je suis en colère, mais contre tes mots d’un instant. Je cacherai cette colère aussi longtemps que nécessaire. Mais elle est là, monsieur, elle est là. Et elle ne partira qu’avec ton masque.*
Elera posa le pied sur l’épaule de celui qui était encore un inconnu, tenant son bras vers le haut comme il le lui avait demandé. Répugnant, oui. Mais nécessaire, ça elle le comprenait. Elle tira donc sur son bras quand il le lui ordonna. Et pendant qu’il était allongé, les yeux fermés, crispé par la douleur, elle tendit les doigts vers son masque. La seconde d’après, il était entre ses mains.

Son geste libéra de longs cheveux noirs et soyeux qui tombèrent autour d’un visage au teint clair, d’un nez droit et de lèvres fines. Elle s’arrêta une seconde sans bouger à fixer ce visage dont la douleur n’arrivait pas à cacher la beauté. Puis elle recula, la colère soufflée. Elle avait gagné. La tempête n’avait plus de raison d’être et fut rapidement remplacée par l’appréhension. Ses gestes reprirent leur grâce et leur douceur sans fin tandis que dans ses yeux l’éclair disparut, noyé dans le violet. Comment allait-il réagir, maintenant qu’elle avait réussi à prendre ce qu’elle s’était promis ?

avatar

Voleur
Messages : 227
Inscription le : 15/12/2007

Voir le profil de l'utilisateur http://fallen-eternity.skyrock.com/
MessageSujet: Re: Dans la nuit... une ombre (RP terminé)   Mer 20 Fév 2008 - 0:33

Parce qu’en cette seconde précise, il croisa son regard.
Parce qu’en cette seconde précise, il sut que tout en elle n’était pas que générosité.
Parce qu’en cette seconde précise, c’était trop tard.

La lueur disparut, car il lui avait intimé l’ordre de tirer. Et qu’elle s’exécuta. Un craquement des plus écoeurants retentit alors, répandant une onde de douleur froide, et foudroyante, dans tout le corps du jeune homme. Shaïlan ne cria pas, mais se mordit la lèvre, et ferma les yeux, juste un instant.
Juste un instant de trop...
Il n’aurait jamais dû.

Car, alors que tout son corps n’était plus en sa possession, tendu par la douleur, la jeune fille ôta rapidement son masque, dévoilant ainsi, ce qui était le plus important à garder masqué en ce soir. Son visage, ses traits, son identité, tout explosa au regard de la jeune fille.
A nouveau, il croisa son regard. Et ce fut une sorte de joie, masquée de plénitude et de calme, qu’il vit dans les iris violets d’Elera. Alors la garce en profitait, hein, pendant qu’il ne pouvait pas bouger. Oh, elle le regardait, notait dans son esprit chaque détail, retenait tout ce qu’elle pouvait de lui, pour aller tout rapporter, sitôt le jour venu, aux directeurs.
Et si on marquait son visage comme danger public n°quelquechose, c’était tous ses plans du moment, qui partaient en fumée.
Et ça, c’était inadmissible. Totalement hors de question. Il ne laisserait pas cette petite perfide saboter l’infiltration. Non, non, non.
Et, pour cela, une seule solution s’imposait à son esprit machiavélique : « Les morts ont toujours tort... ». Et, il n’aurait aucun scrupule à tuer une jeune fille, si cela lui permettait de mettre à bien ses plans.
Cette seconde passa comme l’éternité. Il ne pouvait toujours pas bouger, et dans son cerveau passaient mille et mille façons de faire taire la gamine... Car il comptait bien s’amuser un peu, avant de l’achever. Oh, non, elle était bien trop jeune pour satisfaire sa virilité. Mais son sadisme allait pouvoir entrer pleinement en action. Après tout, ils étaient tous seuls, sur cette plate-forme, et il ne pourrait sûrement pas descendre avant une heure, alors autant passer le temps, non ?

D’un geste étonnamment vif pour un éclopé, Shaïlan se releva, et asséna une gifle retentissante à l’Académicienne, d’un revers de sa main gauche, ce qui eut pour effet de la faire valser de l’autre côté du rebord. Animé d’une rage d’une froideur et d’un calme épouvantable, le voleur la ramassa, la saisit par le col.
Et avança d’un pas.
Elle se retrouva donc au-dessus du vide, seulement retenue de la chute par la main de l’homme, dont le visage restait d’une neutralité affligeante. Seuls ses yeux s’étaient allumés, et brûlaient d’un brasier haineux et foudroyant.
Non, on ne se moquait pas comme ça d’un Dal’Kenta. Pas sans être puni d’une mort douloureuse et atrocement lente. La garce allait payer son affront. Et pas qu’un peu. Elle voulait voir son visage ? Ca serait la dernière image qu’elle emmènerait avec elle.

Après quelques minutes, passées à la fusiller du regard, le kleptomane serra un peu plus, à la limite de la suffocation. Lent et douloureux... Il prit la parole, et sa voix était d’une glace plus froide que son visage de marbre :


-Ainsi donc, on vous apprend des tours comme ça, à l’Académie ? Je dois dire que cela ne m’étonne pas, vu la clientèle qui la fréquente...


Shaïlan la ramena alors au-dessus du plateau, sans desserrer sa poigne pour autant. Il regrettait de n’avoir qu’un seul bras utilisable, car cela l’empêchait de corriger Elera comme il l’entendait.
Il allait s’arranger autrement.


-Tu vois, maintenant, tu vois mon visage, tu es contente ? Mais à quoi cela te servira-t-il ? Les Morts sont généralement peu loquaces... A présent, qu’as-tu à dire pour ta gouverne, histoire de dire tes dernières paroles ?

Disant cela, le jeune homme, nullement fatigué de porter une jeune fille à bout de bras, en raison de son entraînement, il la lâcha. Seulement, il venait de refaire un pas en avant.
Et, comme il le pensait, la jeune fille, étant apprentie marchombre, se rattrapa d’une main, au rebord de la corniche.
Jouissant de la voir ainsi entre son pouvoir, l’homme posa lentement le pied sur ses doigts, et commença d’appuyer.

-J’attends. Quel intérêt d’avoir ôté mon masque, alors que tu savais parfaitement que je te tuerais après ?

(Raaaah... ><' j'arrive pas à faire long, ces temps-co --'.)



_______________
avatar

Marchombre
Messages : 1576
Inscription le : 12/08/2007

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Dans la nuit... une ombre (RP terminé)   Mer 20 Fév 2008 - 23:36

La haine. La haine et la rage du meurtrier. Elera les vit marquées à l’encre noire dans ses pupilles qui la fixaient au milieu de ce visage si noble. La peur remplaça l’appréhension. Il allait la tuer, elle n’avait aucun doute là-dessus. Où en tout cas, il allait essayer…
*Tu vois où ton insatiable curiosité t’…*
Aussi vif qu’un chat, il se releva et la gifla du revers de sa main. Elle n’eut que le temps de la voir arriver sans pouvoir rien faire. Elle tituba, la trace de la main lui brûlant le visage. Pas le temps de se défendre, il était déjà sur elle. Une main l’attrapa à la gorge, et la terreur l’envahit alors qu’elle se sentait pendre de nouveau au dessus du vide. Elle ne pouvait pas respirer…
*Oui, je vois. Juste au-dessus du vide, juste au-dessus de la mort…*
Calme.
Calme…
*Il est en train de m’étrangler, comment est-ce que je peux me calmer ?*
Elle se démenait, mais il n’y avait rien à faire. Il n’avait qu’un bras, mais il la tenait d’une poigne de fer. Et de toute façon, elle ne voulait pas qu’il la lâche. Sinon elle tomberait…

Alors, mourir étranglée ou écrasée sur les rochers ?


Aucun des deux. Elle allait vivre… Quelques minutes plus tôt, elle était tombée. Pourtant elle était encore en vie. Il lui suffisait de trouver un moyen maintenant aussi. Mais pour l’instant, c’était lui qui dirigeait la situation, pas elle. Il lui parlait, mais elle ne comprenait rien. La douleur lui enserrait le cou et ses oreilles continuaient à bourdonner.
De l’air…

Il la ramena sur la plate forme, et Elera se calma juste un peu. Cette fois, elle entendit ses mots. Lointains, mais présents. Contente ? Il n’avait rien compris. Il agissait comme si elle s’était moquée de lui alors que c’était tout le contraire… Et ses dernières paroles, elles ne seraient pas pour lui, il pouvait en être sûr.

Les doigts autour de sa gorge se desserrèrent d’un coup et une fois de plus elle tomba, une fois de plus. Une fois de trop. Elle se rattrapa au rebord au dernier moment, et inspira une grande goulée d’air. Elle aurait voulu ne plus tenter la chance pour aujourd’hui, mais malheureusement elle allait devoir le faire encore. Elle devait répondre à ses mots glacials, et si possible avant qu’il ne lui casse les doigts. Pour l’instant, c’était impossible ; l’air passait déjà difficilement dans sa gorge douloureuse, parler était hors de question pour la minute qui suivrait. Elle toussait, et cela lui donnait le temps de penser à ses réponses. D’un autre côté, elle n’allait pas tenir bien longtemps accrochée à un bras…

Elle chercha d’abord une prise avec ses pieds, mais elles étaient pratiquement inexistantes. Elle ne doutait pas qu’il y en avait, mais elle n’était pas assez douée à l’escalade pour mettre tout son poids sur une prise invisible et minuscule. Son autre main alors… Elle s’appuya quelque peu sur son autre bras, déplaçant son centre d’équilibre. Mais elle savait que si elle lâchait le rebord, cela ne suffirait pas à la retenir en l’air. Elle leva finalement ses yeux violets vers le regard sans pitié de l’homme. Sa respiration était plus facile maintenant. Le temps des réponses arrivait, tout comme sa dernière chance. Une erreur, et elle plongeait.

Vérité, sur un ton ni effrayé ni désespéré. Elle savait que demander sa pitié ne servirait à rien et, de toute façon, il était hors de question qu’elle s’abaisse à lui faire plaisir en agissant comme s’il avait pouvoir sur elle. Même si c’était vrai.

"Je n’ai même pas envisagé que tu me tuerais."

En effet, elle ne pensait pas au futur, juste à sa curiosité et à son dédain insupportable. Puis, comme il ne réagissait pas de manière négative, pas pour l’instant en tout cas, elle continua. Elle n’avait pas fini de répondre à ses questions.

"Et oui, je suis contente d’avoir vu ton visage…"

Elle rougit. Contente, pour plus d’une raison… Elle se répéta que c’était parce qu’elle lui avait donné une leçon bien méritée, mais c’était aussi parce qu’il était vraiment beau… Repoussant ses pensées une fois de plus, elle ajouta :

"…Il m’a déjà servi. Je voulais voir autre chose qu’un inconnu moqueur devant moi, et c’est fait. Mais ça n’a plus d’importance, n’est-ce pas ?"

Et maintenant, l’attente.
Tic.
Tac.
S’il croyait qu’elle était finie, il avait tord. Elle avait encore plusieurs cartes en main… mais elle préférait ne pas avoir à les utiliser.

(Tant mieux Razz)

avatar

Voleur
Messages : 227
Inscription le : 15/12/2007

Voir le profil de l'utilisateur http://fallen-eternity.skyrock.com/
MessageSujet: Re: Dans la nuit... une ombre (RP terminé)   Jeu 21 Fév 2008 - 0:56

Il avait le pied posé sur ses doigts.
Il avait la main mise sur sa vie.
Il était, en ce moment, tout ce qu’il avait rêvé d’être. Puissant, dominateur, il tenait le sort d’une personne entre sa volonté. Pour tout dire, il était enfin comme son cousin. Mais en mieux. C’était le crime parfait. Pas un seul témoin. Pas une seule trace qui laisserait supposer que c’était lui l’assassin.
Car, après tout... Il ne serait pas l’assassin. Il n’aurait fait que marcher malencontreusement sur ses doigts, n’est-ce pas ? Un alibi en or, de plus, car il avait pris ses prédispositions auprès d’un barman du coin, qui se chargeait de raconter en ce moment-même qu’il était au lit avec une femme, dans une chambre de son auberge.
Que pouvait-il arriver de plus ?

Rien...
Alors il allait en profiter. Oh, non, elle ne mourrait pas tout de suite. Maintenant qu’elle était en son pouvoir, il pouvait lui poser les questions qu’il voulait. Après tout, il était de son intérêt de ne pas dire de mensonges, pour éviter le plongeon. Mais avant, il devait arranger deux-trois choses.
Ôtant son pied de la main d’Elera, il retourna vers le fond de la plate-forme, là où se trouvaient son sac, et son manteau. Il fallait d’abord immobiliser son coude brisé, pour permettre à celui-ci de se ressoudre un jour.
Et, surtout, pour éviter toute pression dessus, lors de sa descente, ou d’un quelconque mouvement.
D’un mouvement assuré, il déboucla la besace, et en sortit quelques longues bandelettes, initialement prévues pour ligoter les éventuels gardes et les bailloner. Mais, à ce moment-là, ils serviraient à faire une attèle.
Le seul problème était la tunique qui lui restait. Il devrait passer les bandes autour de son épaule, et il devait enlever sa tunique, pour ce faire.
Si on pouvait appeler ça un problème... En deux temps trois mouvement, ce fut fait. Son torse glabre et laiteux luisait à la Lune, à présent, mais il n’y prêtait guère attention. Jetant un coup d’œil pour vérifier que le jeune fille était toujours tranquillement pendue à côté, il se mit à la tâche. Les bandes blanches furent lentement déroulées, et vinrent entourer le coude tuméfié et enflé du kleptomane. Il serra, ce qui le fit légèrement frémir, et commença à atteler le tout avec une longue baguette de bois, qui servirait de maintien. Puis, quelques petits tours autour de son abdomen pour plaquer son bras le long du corps, et on solidifiait le tout avec un tour sur la clavicule.
Ce n’était pas du grand art, mais son bras était ainsi maintenu de telle sorte à cicatriser de lui-même.

Elera était toujours pendue, comme un jambon. Tout allait bien. Il se foutait de ce qu’elle pouvait être en train de faire à cet instant précis, du moment qu’elle ne tombe pas comme une pomme trop mûre. Enfin, bon, pour un jambon, c’est facile de pas faire la pomme. ( Arrow )
Shaïlan chassa aussitôt de son esprit ces pensées aussi puériles, et se remit à la tâche.
Maintenant que son bras était immobilisé, le voleur repassa sa tunique, en laissant le bras sous le tissu. Puis, d’un geste ample et empreint de grâce, il replaça son manteau de cuir nuit sur ses épaules, ce qui lui conféra une aura peut-être un peu plus mystérieuse encore.
Finalement, l’homme revint vers la jeune Académicienne. Elle semblait plus calme, à présent.

-Dis-moi, Elera. As-tu peur de la Mort ?


A vrai dire, il n’attendait pas de réponse, c’était juste histoire de combler le silence et de passer le temps à poser des questions con, en attendant qu’elle fatigue, et qu’elle soit un peu plus à sa merci.
Shaïlan s’assit juste en face d’Elera, de sorte à pouvoir effleurer son visage de ses doigts. Il savait que ça l’agacerait. Ses doigts blafards passèrent sur la joue de la jeune Académicienne, puis détourèrent lentement ses lèvres, passèrent dans son cou... Il s’amusait. Il s’amusait beaucoup.
Quelques minutes silencieuses passèrent, durant lesquelles son sourire goguenard s’étira de plus en plus sur ses lèvres. Il avait toute la nuit, en somme. Alors autant passer le temps... n’est-ce pas ?
Puis, ses doigts se refermèrent lentement autour du cou de l’élève, à nouveau, et d’autres minutes, lentes, passèrent, où il serrait, jusqu’à étouffement, puis relâchait. Puis resserrait.
Pas un souffle de vent. Pas une feuille. Ils étaient vraiment tous seuls. Alors, il pourait en profiter.
Ses doigts lâchèrent le cou de la jeune fille, pour se reporter sur son visage. Oh, elle ne devait aimer être touchée comme ça... ça n’était que plus grisant.

-Observe mon visage tant que tu le peux, jeune fille. Je te laisse en profiter tant que tu veux... Il va bien falloir que je te laisse un jour, et au lever du soleil, je m’éclipserai.
A toi de trouver à remonter d’ici-là...


Après tout, si elle parvenait à remonter d’elle-même, c’est qu’elle était débrouillarde. En attendant, Shaïlan continua de passer les doigts langoureusement sur la peau du visage d’Elera, pour l’énerver, et parce que ça lui plaisait de jouer au dominateur...


_______________
avatar

Marchombre
Messages : 1576
Inscription le : 12/08/2007

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Dans la nuit... une ombre (RP terminé)   Jeu 21 Fév 2008 - 2:51

Pas tout de suite. Pas encore. Il n’allait pas la tuer à l’instant… Mais que lui réservait-il ? Rien de bon, c’était certain. Pendant qu’il disparaissait à son regard, à faire quelque chose qu’elle ne pouvait deviner, elle raffermit sa prise sur le rebord. Elle devait partir. En vie. Et vite. Depuis plusieurs minutes déjà, pendue à la paroi comme un jambon , elle pensait au poids qu’elle sentait dans sa poche. Ce poids était la seule chance qu’elle avait, où du moins la seule à laquelle elle pouvait penser. Deux billes à l’apparance anodine, mais qui étaient pourtant bien plus précieuses qu’elles n’en avaient l’air.

Elle ne savait pas quand il reviendrait ; les bruits qu’elle entendait la portait à croire qu’il s’occupait de sa blessure, mais elle n’en était pas sûre. Elle n’avait pas longtemps ; lorsqu’il aurait les yeux rivés sur elle, il serait trop tard pour la discrétion. Glissant sa main libre dans sa poche, elle attrapa l’une des billes avant de se remettre en position, la main sur la roche. Il ne devait pas voir la bille, quoi qu’il arrive. La position de sa main le rendait presque impossible, mais elle restait prudente. Il ne faudrait pas qu’elle fasse la même erreur qu’il avait fait avec elle… Sa porte de sortie entre ses mains, Elera réussit à se calmer. Peut-être pouvait-elle l’utiliser maintenant… mais non, il était déjà de retour.

Quoiqu’il advienne, elle resterait forte. Tout, sauf faire ce qu’il attendait d’elle.

Une question, dont elle n’eût pas l’occasion de donner la réponse. Ses doigts s’approchèrent d’elle, lui caressant le visage. Un frisson d’horreur la parcourut. Il était en train de… Non. Non… Sa joue. Ses lèvres. Son cou. Sa joue. Son visage… Elle sentait avec précision ses longs doigts la caresser inlassablement, ce sourire effrayant qui la hantait derrière ses paupières après qu’elle les vu l’espace d’une seconde, ce bonheur qu’il ressentait à profiter d’elle. Il la touchait, il…
C’était insupportable. Il n’avait pas le droit. Mais il y avait la bille. Elle devait penser à la bille, rien qu’à la bille… Mais elle ne pouvait pas l’utiliser pour l’instant. Pas tant qu’il la touchait. Sinon il partirait avec elle, et il la tuerait immédiatement. Alors elle attendit, les doigts crispés sur le rebord, la douleur se promenant dans ce bras qui retenait tout son poids, les lèvres crispés. Cet homme… le mal incarné. Elle devait…

Il s’arrêta, pour passer à une autre sorte de torture. Il l’étouffait, tout en la laissant en vie… Il la rendait faible petit à petit, attendant qu’elle soit complètement à sa merci pour lui poser des questions auquel elle n’aurait pas le choix mais auxquelles répondre, si elle voulait avoir une chance de rester en vie. Mais c’était sans compter la bille… Elle devait penser à la bille. Elle ne resterait pas en son pouvoir beaucoup plus longtemps. Elle allait s’enfuir, très loin… Plus très longtemps, ça allait aller… Il allait bien lui donner une pause, non ? S’il ne voulait pas qu’elle désespère et préfère la mort… Une pause, une pause… Bientôt. Bientôt, elle pourrait utiliser la bille… Bientôt.
Elera avala une immense gorgée d’air. Ses doigts passèrent une fois de plus sur son visage, mais elle s’était retirée en elle-même. Tout au fond, là où elle ne pourrait sentir le contact répugnant de ce voleur assassin. Alors comme ça il s’éclipserait au matin… C’était loin, trop loin. Et si elle réussissait à remonter ? Qu’allait-il faire, la tuer quand même ? Ou pire…

Mais… Elle pouvait faire autre chose ! Pourquoi n’y avait-elle pas pensé plus tôt ?
Devant le regard étonné de l’inconnu, la victime éclata de rire. Le message qui passait dans tes yeux était clair : Tu as perdu… Mais avant de lui fausser compagnie, elle allait répondre à sa question. La voix haute, claire et fière, elle souffla :


"Non, je n’ai pas peur de la mort… Pourtant, je ne l’ai pas encore salué. Et je ne le ferai pas aujourd’hui…"

Et, lâchant le rebord, elle se laissa tomber dans le vide. Puis, serrant la voyageuse qui était restée cachée entre ses doigts tout ce temps, elle disparut.

Un simple pas sur le côté…

Mais elle ne partait pas pour bien longtemps, l’inconnu devait bien le savoir. Elle revenait avec des renforts…

avatar

Sentinelle
Messages : 258
Inscription le : 09/06/2007

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Dans la nuit... une ombre (RP terminé)   Jeu 21 Fév 2008 - 21:21

Alors qu'elle scrutait les Spires comme son devoir l'exigeait, Slynn Ar' Kriss perçut le pas sur le côté créé par Elera à l'aide la voyageuse. Le commun des dessinateurs ne percevaient pas l'infime différence entre un véritable pas sur le côté et l'utilisation d'une voyageuse, mais les Sentinelles, elles, le pouvaient. La Sentinelle ignorait qui s'était servi d'une voyageuse, mais elle était certaine que cela n'avait certainement pas été fait sans raisons, surtout que Merwyn ne confiait pas des voyageuses au hasard.

Ceignant aussitôt sa ceinture d'épée, elle réalisa dans la seconde un pas sur le côté. La main droite posée sur la garde de son arme, elle s'avança en direction de la petite porte d'enceinte de l'Académie, dans l'encadrement de laquelle se tenait la jeune Elera, laquelle paraissait bien plus agitée qu'à l'ordinaire. D'une voix impérieuse et pressante, elle interrogea la jeune marchombre :


- Apprentie marchombre Elera, vous venez d'utiliser à l'instant une voyageuse, que s'est-il passé pour justifier un tel besoin?


_______________
Slynn, de la très noble famille des Ar' Kriss
avatar

Marchombre
Messages : 1576
Inscription le : 12/08/2007

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Dans la nuit... une ombre (RP terminé)   Ven 22 Fév 2008 - 23:15

Elera apparut juste devant les portes de l’Académie, le souffle court. Elle observa la voyageuse disparaître entre ses doigts avec regret, mais ne s’y attarda pas. Elle se mit immédiatement à courir dans les couloirs à la recherche d’un des gardes. C’est Slynn qui la découvrit, et qui lui posa tout de suite des questions. Elle s’étonna que la Dessinatrice sache qu’elle avait utilisé une voyageuse, mais elle n’avait pas le temps de poser des questions. Elle répondit immédiatement d’une voix pressée :

"Un homme… Je crois qu’il en veut à l’Académie, il a essayé de me tuer… Si vous pouvez faire un pas sur le côté aux pieds des montagnes, je vous montrerai où il est avant qu’il ne s’en aille. Il a un bras cassé, alors il aura du mal à escalader…"

Sans plus d’explications, Slynn la toucha et elles disparurent ensemble. Les détails viendraient plus tard. Elera lui montra la plateforme où se trouvait encore l’inconnu, et elles se retrouvèrent de nouveau près de celui qui avait essayé de la tuer. Elle lui jeta un regard qui en disait long. Il n’aurait jamais dû la sous-estimer, se moquer d’elle, la torturer mentalement. Il n’avait pas dû prendre en compte qu’elle préfèrerait peut-être mourir en sautant, transformant sa mort en un choix, que par ses mains d’assassin. Ni que, peut-être, elle avait le don du Dessin. Il ne savait pas qu’elle avait utilisé une voyageuse, ça lui servirait peut-être si elle se retrouvait dans une mauvaise situation…
Mais maintenant, elle laissait le reste à la Sentinelle. C’était à elle de choisir quoi faire et de le questionner sur ses intentions. Elera sentit un serrement au cœur, car c’était la première fois qu’elle se faisait un véritable ennemi. Car il n’y avait pas de doutes, il devait la haïr maintenant… Un voile de tristesse passa devant ses yeux. Elle avait "gagne" et protege l'Academie, mais a quel prix? Et que pouvait-elle y faire ?
Rien.

Rien du tout…

avatar

Sentinelle
Messages : 258
Inscription le : 09/06/2007

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Dans la nuit... une ombre (RP terminé)   Mer 27 Fév 2008 - 17:25

Slynn avait laissé Elera s'expliquer avant d'exécuter un pas sur le côté en emmenant la jeune apprentie marchombre avec elle. Lorsque la Sentinelle dévisagea l'homme qu'Elera désigna, une expression froide et hautaine imprima les traits de son beau visage : ce voleur en avait assez fait!

Sans même lui laisser une chance de s'enfuir, elle plongea dans les Spires et dessina à toute vitesse. Malgré tous ses efforts pour s'échapper, Shaïlan se retrouva enfermé dans une cage suspendue dans les airs, raccrochée à la paroi rocheuse par des chaînes qui avaient jailli de nulle part. D'une voix pour le moins dédaigneuse, la Sentinelle prit la parole :


- Comme nous nous retrouvons, Shaïlan Dal' Kenta... une fois encore, dans une position équivoque avec l'une de mes élèves. Cette fois, vous n'aurez plus le bénéfice du doute, messire le voleur, votre tenue est trop éloquente pour cela. Les gardes d'Al-Poll vont être contents de vous voir et votre famille appréciera fort peu le déshonneur que vous avez jeté sur elle... c'est la fin de votre triste carrière.


_______________
Slynn, de la très noble famille des Ar' Kriss
avatar

Voleur
Messages : 227
Inscription le : 15/12/2007

Voir le profil de l'utilisateur http://fallen-eternity.skyrock.com/
MessageSujet: Re: Dans la nuit... une ombre (RP terminé)   Mer 27 Fév 2008 - 18:16

Quand la jeune fille avait disparu, Shaïlan paniqua un instant. Fort heureusement pour lui, il avait su recouvrer rapidement un calme apparent.
Seulement, être calme n’arrangeait pas la situation. Il ne pouvait pas remonter, à cause de son bras immobilisé le long du flanc,et descendre serait se jeter dans la gueule du loup. Il était piégé.

Quand deux personnes réapparurent sur la plate-forme, Shaïlan se sut cuit : La personne qui accompagnait Elera était... Slynn Ar’Kriss.
Tout sauf elle...
C’était peut-être l’unique à connaître déjà son visage et son identité, et probablement celle qui avait le plus de soupçons sur lui. De plus, elle était sentinelle, ce qui n’arrangeait en rien ses affaires.
Le voleur en testa d’ailleurs la danger, quand il se retrouva suspendu au dessus du vide, dans la cage dessinée par la Dame Ar’Kriss. Loin de perdre pied, bien qu’anxieux sur son avenir immédiat, le jeune homme ne chercha pas à lutter contre le métal des chaînes. Non... il écouta plutôt le tirade hautaine et méprisante de la jeune femme –très jolie par ailleurs- en face de lui.

Et ce qu’elle dit le fit sourire. Non pas de ces sourires faibles... Non... un sourire carnassier, sardonique et cruel étira la commissure de ses lèvres. Le déshonneur sur sa famille ? Il ne demandait que ça ! Alors si quelques mois de taule lui apportaient cette entière satisfaction, il n’était pas contre aller faire un tour derrière les barreaux, ma foi... Excitant !
Comme si le nom Dal’Kenta, il le portait avec plaisir... Bien que cela ne le dérangea pas trop outre mesure, étant totalement émancipé et à part de sa lignée, il ne vantait pas son origine.
Alors entendre la Dame Ar’Kriss dire ça... c’était un plaisir.
Et le reste de ses propos ne parvint pas à effacer le sourire qui restait figé sur son visage.


-Dame Ar’Kriss, quelle joie de vous revoir... Vous apportez de telles bonnes nouvelles que je ne peux que sourire à votre arrivée ! Passez le bonjour à ma famille de ma part, si vous les croisez dans leur déshonneur, surtout, il en seront ravis n’est-ce pas !
Oh, et... votre chère élève et moi-même n’étions pas dans une position équivoque, nous nous amusions même agréablement je dirais.


Non, décidemment, il n’arriverait pas à arrêter de sourire. Être remis à des gardes ivres morts auxquels il serait simple comme bonjour de voler la clé ne l’effrayait pas tant que ça, et se lancer dans une joute verbale avec une femme d’un caractère aussi enflammé ne pouvait que contribuer à son hilarité. Même le regard glacé et hautain de la Sentinelle, même le dégoût dans les yeux d’Elera, derrière... rien ne pourrait assombrir sa simili-gaîté. Car évidemment, intérieurement il réfléchissait à un moyen de sortir sans passer par la case prison, qui serait une perte de temps irrattrapable pour ses plans.
Mais, après tout, mieux valait être avec les gardes bourrés quelques heures plutôt qu’avec la Sentinelle plusieurs jours...

-Avez-vous donc d’autres bonnes nouvelles à venir me conter, Dame ?


_______________
avatar

Sentinelle
Messages : 258
Inscription le : 09/06/2007

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Dans la nuit... une ombre (RP terminé)   Mer 27 Fév 2008 - 22:00

Shaïlan Dal' Kenta aurait mieux fait de se taire en ce moment-là... et de cesser de sourire aussi. Slynn le fusilla du regard et la froideur de son visage prit la teinte d'une haine franche et déclarée. Il était tout ce qu'elle détestait : ces hommes confiants en leur propre valeur au point de ne jamais voir leur déchéance, ces hommes à qui le monde appartient, ces hommes qui se pensaient intouchables...

D'une pensée, elle fit descendre brutalement la cage de quelques mètres, reflet de sa colère et sa haine pour l'homme qui y était enfermé, lequel ne manqua pas de perdre ce sourire agaçant et la confiance qui illuminait son visage jusque-là. D'une autre pensée, elle modifia la cage à sa manière, la transformant en véritable objet de torture. D'une cage rectangulaire, on était passé à une cage cylindrique particulièrement étroite garnie de pointes acérées qui s'enfonçaient dans la chair du voleur qui était alors appuyé contre la paroi métallique.


- Pauvre imbécile! Quand les gardes d'Al-Poll te reverront, c'est pour te trancher la main, voleur! Malgré ta condition de noble, tu n'y échapperas pas! Et ton visage portera la marque des voleurs gravée au fer rouge sur la peau afin que nul n'ignore ce que tu es! Un voleur raté que la loi impériale a puni!


_______________
Slynn, de la très noble famille des Ar' Kriss
avatar

Voleur
Messages : 227
Inscription le : 15/12/2007

Voir le profil de l'utilisateur http://fallen-eternity.skyrock.com/
MessageSujet: Re: Dans la nuit... une ombre (RP terminé)   Mer 27 Fév 2008 - 23:15

A ses mots, si éclatants, Shaïlan vit très nettement le doux visage de la Sentinelle changer, ses traits devenir ceux de la haine franche et innocente. Enfin, innocente, façon de parler.
Mais après tout, d’après ce qu’on lui disait et ce qu’il glanait sur la Sentinelle, son caractère enflammé était dévastateur, et sa colère bien plus fréquente que sa miséricorde.
A nouveau, le jeune homme sourit, devant cette fureur envers lui. Qu’il était amusant de voir que c’était son bourreau qui s’énervait, alors que lui, le coupable, était d’un calme des plus sereins. Ce n’était pas la première fois qu’il se faisait sucrer, alors une fois de plus une fois de moins... il s’enfuyait à chaque fois.

Seulement, alors qu’il pensait à ces différentes évasions, une chute de quelques mètres le surprit, bien que toujours dans sa cage, et son sourire s’effaça pour laisser place à une méfiance accrue. Si elle voulait jouer à ça...
Non, il fallait garder son sourire. C’était vital, parce que se connaissant, s’il ne jouait pas à l’humour, ça tournerait à la panique. Et ça, non, hors de question.
Un fantôme de sourire étira à nouveau ses lèvres, une esquisse moqueuse et narquoise, suffisante pour attiser la colère de la Sentinelle, suffisamment restreint pour ne pas tourner à la bêtise.
Cependant, alors que le calme reprenait lentement place dans son esprit, il sentit que ça allait mal tourner. En effet, la Sentinelle le fusillait à présent du regard... et dessina.

La cage se rétrécit brutalement, faisant sursauter le kleptomane. Mais ce qui le surprit le plus, ce furent les piques de métal acérées qui apparurent sur les parois de la cage. Alors adossé contre celle du fond, Shaïlan se retira vivement alors qu’une pointe lui transperçait le dos, mais son trop grand élan le fit se planter sur celles de devant.
A moitié affolé, le jeune homme dansa un moment dans sa cage, avant de finalement reprendre le contrôle de son corps.
Posément, le kleptomane se stoppa, et se remit bien droit au milieu de sa cage. Sans toucher aux piques, fier et aussi droit qu’un piquet.
Se rengorgea, le noble masqué qu’il était.

Malgré son attitude posé, et son sourire qui ne bougea pas, si ce n’est pour s’accentuer, les paroles de la Sentinelle firent blêmir la peau de ses joues l’espace fugace d’un battement de cils. Les doigts de sa main droite de contractèrent, comme si c’était la dernière fois, et il tiqua.
Il faudrait impérativement se sauver avant, s’il ne voulait pas être marqué voleur comme du bétail... C’était im-pé-ra-tif.
De plus, être manchot l’handicaperait sérieusement, tant dans son métier qu’avec les femmes.

Malgré toutes ces perspectives, Shaïlan ne devait pas montrer qu’il était en train de perdre. C’était inadmissible. Surtout face à... une femme. Ce serait courber l’échine face à la gente féminine, et pour un être de son sang, c’était la honte suprême.
Mais alors vraiment suprême.
Lentement, le jeune homme se redressa la tête, le menton haut, et reprit, sur un ton posé et teinté d’ironie, pour ne pas changer :


-Maman, j’ai peur... Qui vous dit que je serais encore captif, quand ils voudront me trancher la main ? Je serais déjà parti, envolé... disparu. Non pas que perdre un membre me gêne, mais voyez-vous, où voulez-vous que je mette mes bagues, après ? Vous savez très bien comme moi qu’il ne faut surtout pas trop charger une main de bijoux, et il est vital que je les mette toutes. Voyez donc le dilemme si je perdais cinq ports !

La raison évoquée était d’une trivialité outrageusement superflue, mais il fallait bien ça pour se donner du courage.
Railleur, il reprit :


- Et pour mon visage... ce serait bien dommage, vous seriez déçue que je perde de ma beauté innée, n’est-ce pas. Mais si vous tenez tant que ça à jouer les bergers avec le fer rouge, allez-y.
Mais avant...


Il sourit, et se pencha en avant autant que lui permettaient les piques de fer de sa cage. Et renchérit :
Frappez-moi, que je vois si je rêve. Car je doute que ce soit la réalité, vous m’auriez déjà émasculé, sinon.


_______________
avatar

Sentinelle
Messages : 258
Inscription le : 09/06/2007

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Dans la nuit... une ombre (RP terminé)   Dim 2 Mar 2008 - 16:55

Brutalement, la cage se rétrécit encore, enserrant davantage le voleur, pris au piège. Toujours de cette même voix froide, Slynn répondit à Shaïlan avec une haine plus qu'évidente :

- Puisque vous semblez vous amuser de la situation, voleur, je vais vous donner matière à vous amusez encore davantage! Restez donc suspendu toute la nuit dans votre nouveau logement, je viendrai récupérer ce qu'il reste de vous demain matin!

A ces mots, la Sentinelle modifia encore son Dessin pour en faire un objet de torture encore raffiné et efficace que jamais. Sans même un regard pour le voleur, Slynn se détourna de la cage et fit signe à Elera de la suivre. Que ce voleur passe donc la plus mauvaise nuit de son insignifiante petite vie! Demain, il verra ce qu'il en coûte d'insulter une Sentinelle...

Descendant prudemment la pente avec Elera, elle était d'humeur relativement massacrante et ne prononçait pas un seul mot, mais ses yeux noirs exprimaient de manière très éloquente ses pensées. Soudainement, elle brisa ce silence pesant pour poser une question à la jeune apprentie marchombre :


- Aviez-vous déjà vu ce voleur rôder aux alentours de l'Académie?


_______________
Slynn, de la très noble famille des Ar' Kriss
avatar

Marchombre
Messages : 1576
Inscription le : 12/08/2007

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Dans la nuit... une ombre (RP terminé)   Dim 2 Mar 2008 - 18:09

Elera lança un regard surpris à la Sentinelle. Elle avait réagi rapidement à la situation, mettant le voleur hors d’état de nuire dès leur arrivée. La lotra s’étonna d’abord qu’elle connaisse déjà le voleur, puis elle s’en réjouit. Cela allait faciliter les choses, et en plus, elle venait d’apprendre le nom que l’homme avait refusé de lui donner. Shaïlan… Maintenant, elle avait son nom et son visage ; les lui cacher n’avait servi à rien.

Shaïlan ne semblait pas s’inquiéter malgré la cage et la présence de la Sentinelle. Il répondait à Slynn en souriant, trouvant encore le moyen de se moquer d’elle malgré sa fâcheuse position. La Sentinelle s’énerva rapidement et Elera comprenait pourquoi, même si elle-même ne réagissait pas aux mots du voleur. Elle l’observa essayer d’éviter les piques, la peur apparaissant enfin sur son visage pour le temps d’une seconde. Puis il recommença à s’amuser à leur dépens. Elera comprit alors que c’était sa façon de rester en contrôle de lui-même; En vérité, il devait être aussi paniqué qu’elle l’avait été quelques minutes plus tôt, accrochée à la paroi et à sa merci. Elle continua donc à observer les deux ennemis, n’osant pas intervenir. Elle préférait se faire oublier du voleur qui lui en voulait sûrement beaucoup…

Finalement, Slynn et elle commencèrent à partir, laissant le voleur seul sur la montagne. Elera lui lança un regard désolé avant de disparaître derrière la paroi. Slynn avait raison… mais Elera était contre la torture qu’elle affligeait à Shaïlan. Ses méthodes étaient tellement différentes de celle de l’apprenti marchombre, qui choisissait les négociations avant la torture… Repoussant ses pensees un instant, elle répondit à la question qui lui était adressée, pensive :

- Non, je ne l’ai pas vu auparavant…

Pas qu’elle ne s’en souvienne dans tous les cas. Et s’il était déjà venu, elle doutait que ce soit en vue de tous. Il serait sûrement venu incognito, et il aurait été facile pour elle de ne pas le remarquer. Le doute persistait. Passant à autre chose, Elera demanda à la Dessinatrice :


- Qu’allez-vous faire de lui au matin ? N’avez-vous pas peur qu’il trouve un moyen de s’échapper, ou que votre Dessin ne s’efface ?

avatar

Sentinelle
Messages : 258
Inscription le : 09/06/2007

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Dans la nuit... une ombre (RP terminé)   Dim 30 Mar 2008 - 20:36

A la question d'Elera, Slynn éclata d'un rire surprenant de sadisme et de noirceur, l'une des faces cachées de la Sentinelle qui faisaient d'elle un personnage particulièrement tortueux. Sa bonté dissimulée n'égalait que la cruauté et l'autoritarisme qu'elle affichait ouvertement.

- Qu'il essaie donc! Seul un dessinateur pourrait le tirer de là! Si jamais il avait encore l'impudence d'avoir une telle chance, il serait de toute manière traqué par la garde impériale et les mercenaires appâtés par le gain car sa tête serait affichée en tous lieux de l'Empire! Sa carrière de voleur est achevée une bonne fois pour toutes...

Sans en dire davantage, la Sentinelle poursuivit alors son chemin, ruminant probablement mille morts dans son silence pour le moins inquiétant. Comme elle l'inspirait probablement à Elera en ce moment, elle était le contraste et le paradoxe incarnés.


_______________
Slynn, de la très noble famille des Ar' Kriss
avatar

Voleur
Messages : 227
Inscription le : 15/12/2007

Voir le profil de l'utilisateur http://fallen-eternity.skyrock.com/
MessageSujet: Re: Dans la nuit... une ombre (RP terminé)   Ven 4 Avr 2008 - 18:29

Ah, cette Slynn...
Elle lui plaisait bien après réflexion. D'un caractère trempé et imprévisible, fougueuse et violente.. tout ce qu'il aimait et n'avait jamais réellement vu chez une femme. Oh, il la préférait comme elle était en ce moment à son égard, prise du dégoût le plus profond. Ce n'en était que plus attrayant de voir ces yeux voilés par la colère et la haine rivés sur lui. Et plus glorifiant.
On se rappellerait de lui plus tard ! Pas comme le blond, pas comme cet homme qui agissait dans l'ombre et ne se ferait jamais de nom.. car son projet de maîtrise du Monde était risqué.
Shaïlan, lui le cadet, s'était déjà taillé un nom. Il était dans tous les esprits ces temps-ci, sans visage mais précédé par sa réputation.

Et à nouveau, la Sentinelle venait de lui prouver que même si la situation était inconfortable, il était connu.

Après ces quelques égarements égoïstes, Shaïlan revint à la situation présente, que tout son corps rappelait désagréablement d'ailleurs. Le dessin avait été savamment modifié par la femme brune, qui l'avait tellement réduite qu'à présent toutes les piques faisaient couler un peu de sang au travers de sa peau.
Maintenant que les deux femelles étaient parties, il laissait tomber son masque, et une franche douleur s'affichait sur ses traits. Le métal lui mordait avidemment la chair sans trop le blesser. C'était ça le principe de la torture en somme : faire mal sans blesser.
Or, la cage était si étriquée qu'il pouvait à peine remuer, juste de quoi éviter certaines piques dans le dos. Comment se sortir de là maintenant..
Il ne pouvait pas se permettre de se faire attraper par l'Académie. C'était impossible à imaginer. Im-po-ssible.
Ce s'rait la honte, quoi !

Il s'enfuirait. Ce n'était pas la première fois qu'il avait à faire à des barreaux..
Même si ceux-ci étaient un dessin muni de piques, contrairement à ce qu'il avait vécu jusqu'alors, il y avait forcément une sortie. Evidemment, pas de serrure à forcer ni de gonds à défaire. C'eut été trop simple n'est-ce pas.
Non, il fallait réfléchir..
Grimaçant quand il essaya de changer de point d'appui, Shaïlan fouilla dans ses souvenirs ce qu'il savait sur le dessin.. ou plutôt ce qu'il se remémorait des leçons qu'on lui donnait au domicile de Dolohov..

Un dessin s'affaiblissait avec la distance, non ? Ca devait être ça. Le métal serait bien plus faible à chaque pas que ferait Slynn pour reconduire Elera dans ses appartements.. Mais rester là à espérer ne suffirait pas. Le soleil viendrait avant. Justement.. le desin tiendrait-il jusqu'au soleil ? Peu probable.. Il doutait que Slynn ait dessiné un objet éternel sachant toutes les polémiques qu'il y avait à ce sujet.
Il commençait d'ailleurs à sentir que les piques faisaient un peu moins mal. Elles s'enfonçaient un peu moins bien, et ainsi le sang coulait moins le long de ses membres.
A vrai dire... Il venait d'y penser, mais l'espace vide qui aurait dû être occupé par son bras, immobilisé sous sa veste, pourrait lui servir..
Au moins pour bouger.
La cage en elle même ne comportait pas de croisillons, juste des barres verticales munies d'éxubérances piquantes.. Arriverait-il une fois le dessin affaibli à tordre certaines de ces barres? Il faudrait alors mobiliser son bras cassé..
Rien qu'à cette idée, Shaïlan grimaça. Mais il n'aurait pas le choix.

Une heure devrait suffire au dessin pour être suffisament faible. Restait donc à trouver quoi faire de cette heure, car le soleil ne se léverait pas en si peu de temps.
Peut-être penser au moyen de s'enfuir une fois l'obstacle " cage " passé..
Pas vraiment de problème, la corde qu'il avait employée pendait toujours à la paroi. Après quelques prises dans le vide, il serait en sûreté et pourrait grimper pour s'enfuir...


Une heure. Il testait régulièrement la solidité des barreaux, constatant qu'ils étaient moins durs à chaque fois. Encore un peu..
Le voleur avait au préalable ôté son manteau et détaché son bras, s'employant à le faire bouger pour reloger l'os et s'habituer à la douleur. Oh, il avait connu la souffrance.. mais la douleur physique lui faisait peur. Il souffrait plus mentalement que physiquement de son bras, à vrai dire.

Deux heures. Le soleil dardait déjà quelques lueurs narquoises sur le métal de la cage.. Il fallait agir, qu'importait la sécurité ! Grimaçant, le kleptomane empoigna deux barreaux de ses membres supérieurs et commença à exercer toute la pression que pouvait lui donner son corps à cette heure. Il sentait que ça s'effaçait progressivement.. La sueur coulait le long de ses temps, trempant ses cheveux d'un noir corbeau. Le bras le lançait énormément, mais c'était le prix à payer pour conserver ses deux mains..
Bientôt, il parvint à écarter suffisament les barreaux pour extraire sa mince silhouette de la cage. Ses doigts crochetèrent une prise pas loin et il fit quelques mètres..
Atteint la corde.
Et grimpa d'une seule main, son bras meutri à nouveau le long du corps pour éviter qu'il ne soit irrécupérable. L'effort lui coûtait beaucoup.. et il voyait jusqu'où allait son endurance. Shaïlan commençait à fatiguer.. mais atteint le sommet.
La fôret. Sauvé.

Il s'enfuit.

Une bague avait été accrochée fièrement sur l'une des piques.
Une bague avec gravé le prénom du voleur à l'intérieur.



_______________
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Dans la nuit... une ombre (RP terminé)   



 
Dans la nuit... une ombre (RP terminé)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires
-
» Une ombre dans la nuit [ Ne pas répondre, merci. ]
» Une mélodie dans la nuit [LIBRE]
» « L'hiver s'installe doucement dans la nuit, la neige est reine, à son tour. » - Panthère des Neiges.
» Un carosse dans la nuit [PV]
» Cette nuit où les étoiles m'ont guidé jusqu'à toi. [PV Noa] [Terminé]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Académie de Merwyn :: Partie RP :: 2008-