Marquer tous les forums
comme lus

Sujets actifs du jour
Voir les nouveaux
messages depuis
votre dernière
visite
AccueilGinetteSe fondre dans la foule... (RP terminé)
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion


Forum RPG Ewilan école Merwyn RP Ellana Edwin Merwyn Vivyan Ts'Liches Marchombre Al-Poll All-Jeit Dessin Académie jdr Poésie RPG école médiéval fantasy Bottero jeu de rôle jeux de rôle RP forum quête monde salim duom
 

Partagez | 
 

 Se fondre dans la foule... (RP terminé)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar

Mentaï
Messages : 31
Inscription le : 29/09/2007

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Se fondre dans la foule... (RP terminé)   Dim 21 Oct 2007 - 17:04

-Kelo, va faire un tour...

Le loup s'éloigne. Il trottine puis se met à courire à pleine vitesse.
Yiewël pousse la porte de la taverne. Bondée d'ivrogne et de joueurs.
Il se fond dans la foule, glisse entre les corps, se rapproche du comptoir.

-Une bière d'orge...

Moin de 22 secondes avant que la bière n'arrivent. Le jeune garçon avale une grogée en douceur, en écoutant trois vide-bouteilles avalant goulument leurs enième bières. L'instant ne se prete pas à la reflexion ou a l'élaboration de son plan...Mais peu importe...Il a tout son temps...
Il observe les clients...Y'a t'il, dans ce coin, des personnes...."Digne"...
Pourtant, sur les pochards, rien ne laisse entrevoir une quelqonque ambition, une quelqonque envie de vengeance.
Yew se retourne brusquement. Sa poche à bougée. En effet, sur sa droite, un jeune garçon débraillé a sa main glissée dedans. Il la retire à vive allure, les doigts serrés sur 5 pièces. Il se prépare à courire. Trop tard.
La dague de Yiewêl s'est fichée sans sa gorge. Personne n'a semblé remarquer l'altercation.
Le jeune corbac scrute précipitement la foule, à la recherche d'un académicien...Pourvu que...

avatar

La Borgne
Messages : 2181
Inscription le : 30/05/2007
Age IRL : 24


Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Se fondre dans la foule... (RP terminé)   Dim 21 Oct 2007 - 17:43

Trois jours.
Trois jours qu'elle n'était pas sortie de l'académie, qu'elle n'avait pas respiré un autre air que le leur...Elle ne le supportait plus. Seule et sans prévenir, elle avait quitté l'enceinte des murs, pour se fondre dans le marché de la foire d'Al-Poll. Cotoyer les humains d'aussi près lui donnait envie de voir le sang couler, de tous les tuer..
Hurler, devant sa puissance..voir leurs visages pâlir, tandis que sa dague leur traverse le coeur...sentir leur sang couler sur ses doigts, s'en abreuver...et les achever...
Marlyn se dirigea à travers les ruelles, esquivant les hommes, bousculant les autres. Elle avait en ligne de mire un bar, réputé, et le plus souvent bondé.
Donc le moins dangereux des endroits...

Poussant lentement la porte, l'apprentie Mentaï scruta la salle, dont le brouhaha lui déchirait l'oreille, habituée au silence des ténèbres. Une lumière vive dispensée par les nombreuses chandelles disposées dans la pièce lui fit plisser les yeux. Elle marcha.
Ici, un ivrogne, endormi sur sa table, la chope pleine.
Là, un couple, qui parlait en murmures, discutant argent.
Plus loin, un jeune homme. Accoudé au comptoir. Une bière à la main. Il paraissait absorbé dans ses pensées.
Ne voyant personne qui puisse représenter un danger pour elle, la jeune fille alla se percher sur la poutre qui soutenait une mezzanine, et se cala entre le mur et les étais, les jambes pendantes.
Personne ne l'avait vu.
Personne n'avait tourné le regard vers elle.

Le brouhaha masquait sa respiration. Elle se mit à observer les mouvements des différentes personnes qui mangeaient, buvaient, discutaient...

Un jeune garçon, en haillons, attira son attention.Il semblait méfiant, jetait de fréquents regards au jeune homme accoudé. Le garçon glissa sa main dans la poche de sa future victime, et en tira trois pièces. Qu'il glissa dans sa manche.
Apparament, le détenteur des pièces s'aperçut de quelques chose, alors que le voleur prenait cinq autres pièces.
Le mouvement qui suivit se passa en moins d'une seconde. Marlyn le suivit avec attention.
Le "volé" dégaina une dague, qui alla se ficher dans la gorge du garçon.

Marlyn sourit, et descendit de son perchoir, d'un rapide saut. L'air neutre, elle alla près du cadavre, et releva sa manche.
L'apprentie Mentaï en tira les trois pièces subtilisées, qu'elle remit à son propriétaire.
Puis sourit, glacialement, et dit :


- Que comptes-tu faire du cadavre, maintenant ? On va pas le laisser là...

( pas extra, déso )


_______________



Marlyn Til' Asnil | Duncan Cil' Eternit | Einar Soham | Shannon Seng
avatar

Mentaï
Messages : 31
Inscription le : 29/09/2007

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Se fondre dans la foule... (RP terminé)   Lun 22 Oct 2007 - 20:51

[Bon, désolée, c'est pas le top, j'avou...Mais je me rattraperai...]

Le jeune homme fixait la dépouille du garçon avec un air de fausse compassion affichée. Ses haillons pendaient lamentablement, couvert de crasse, de boue, impegné de sueur...Mais aussi enduit de suie et d'alcool. Peu à peu, les guenilles devenaient écarlates au niveau de son cou. Une tâche se forma rapidement derrière son cou. Yew sourit intérieurement. Que les proies étaient faciles...Il s'avoua que sa véritable quête ne serait pas un stupide jeu comme celui-ci...L'idée de sa vengeance emplit de nouveau son esprit, alors que ses pupilles étaient toujours fixés sur le garçonnet.
Et personne ne réagissait...
Non, en fait, c'était faux.
Dans la moiteur et l'odeur alcoolisée du lieu, une jeune femme s'approcha. Sceptique, le jeune homme se haussa les sourcils. Et bien,allait-elle raconter ce qu'elle avait vu? Il secoua la tête. Emle n'irait pas jusque là...Elle ne pourrait pas...

Il fut presque surpris quand la jeune femme, tout au contraire, s'approcha du garçonnet, releva sa manche et en l'allégeant de trois pièces, qu'elle lui tendit. D'un geste leste, il les attrapa. Alors le voleur l'avait eut...Ce n'était pas normal...
La jeune femme paraissaient assurée et résolue. Son visage ne trahissait aucune émotion, ses gestes étaient crus et désinvoltes. Ses courbes bien dessinées laissaient percevoir des muscles entretenus. Il apréhendait un corp effilé et félin, qui constituait une carapace aux pensées réelles, camouflées derrière un masque immuable.

- Que comptes-tu faire du cadavre, maintenant ? On va pas le laisser là...

Il tiqua intérieurement sur le "on", mais ne fit pas de remarque.
Il la regarda, haussa les épaules.

Il se baissa toutefois vers sa victime et récupéra sa dague, qu'il essuya sur les tissus du chenapan. Il se releva, fit quelques aller-retour de la jeune femme, à la pièce, au garçon, puis se baissa et saisit le coquin, le tenant à bout de bras le plus loin possible. Il dégageait une puanteur méphitide, alliance de moiteur, de sueur et de crasse. Il se tourna vers la jeune femme et lança:

-Ouai...On va déplacer ça...

Un court silence, durant lequel il scruta avec ennui et dégout le cadavre, désabusé.

-Tu connais un endroit?



avatar

La Borgne
Messages : 2181
Inscription le : 30/05/2007
Age IRL : 24


Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Se fondre dans la foule... (RP terminé)   Lun 22 Oct 2007 - 21:58

Quelques secondes, avant que le jeune homme lui réponde. Quelques secondes pendant lesquelles celui-ci la détailla, l'observa, s'arrêta sur son corps.
Ce qu'elle ne supportait pas. Et encore moins depuis quelques temps, plus exactement depuis cet "indicent" avec le concierge.
Légèrement agacée par l'air ébahi de son interlocuteur, l'apprentie Mentaï tourna légèrement la tête, observant le cadavre au sol. Les gens alentour ne les avaient pas vu. Ils discutaient bruyamment, ne faisaient attention qu'à eux, à leur petit monde, centrée autour d'une chope pleine. Quel spectacle dégoûtant du monde...
Le jeune homme, lui, contrastait vraiment avec les autres. Les ivrognes bedonnants ne ressemblaient en rien à cette silhouette fine, et musclée, que cachait la cape de l'étranger. Il semblait lui aussi ne pas supporter le regard des autres, la présence de la foule autour de lui. Mais, comme elle, il le devait. Lui aussi, à bien l'observer, elle pouvait distinguer un masque, derrière lequel il se cachait.
Qui était donc de jeune homme, qui venait de poignarder un gamin, de sang-froid ?

A ses mots, l'étrange jeune homme tiqua, agacé, et hausse les épaules, regardant vainement autour de lui. Elle sourit, d'un sourire glacial.
Décidément, on faisait des rencontres intéressantes de nos jours...
Il serait dommage que de ne pas profiter de la situation pour s'amuser un peu. Que d'ennui entre les murs de l'académie ! Marlyn comptait bien profiter de cette rencontre ave ce jeune homme pour se distraire, que ce soit en bien ou en mal pour son interlocuteur....

Reprenant sa dague, il hésita, fit quelques pas, puis saisit le cadavre, qui commençait à dégager une odeur nauséabonde, et le souleva. Avant de prendre la parole :


-Ouais...On va déplacer ça...

S'arrêta pour jeter un regard dégoûté à la loque qui autrefois était un humain, puis reprit, ennuyé :

-Tu connais un endroit ?

Marlyn sourit à nouveau, devant la prise de contrôle qu'elle commençait de prendre, lentement, sur la situation...Agréable et amusant, par ailleurs. Avec un autre sourire carnassier, l'apprentie Mentaï fit un infime signe de tête, et indiqua :

-Suis-moi.


Tournant les talons, elle lança rapidement une pièce au barman, qui, totalement hors de contrôle des événements, quitta son bar, et vint s'entretenir avec la jeune fille, à voix basse, rapidement. S'engagèrent quelques rapides propos de Marlyn, qui indiqua d'un mouvement de tête le cadavre, puis le fond de la pièce, apparament un mur nu. Mais qui abritait derrière lui une cour intérieure.
Apparament.
Décontenancé, le tavernier se recula légèrement, et plongea la main dans une poche de son tablier rapiécé, et douteux. Il retira une clé de métal gris, qu'il tendit à la jeune fille.
Marlyn la saisit d'un geste ferme et indiqua au jeune homme de le suivre dans une autre salle, à l'écart. Prenant la clé de la main gauche, elle la fit jouer dans une porte de chêne, au fond de cette même salle, pour finalement l'ouvrir. Marchant rapidement, aidant de temps à autre son interlocuteur à soutenir le cadavre, ils parcoururent une sombre ruelle, sinistre, pour déboucher devant le fleuve.
L'odeur de pourri envahit leurs narines, et Marlyn plissa le nez. Les rives étaient recouvertes de déchets.
Ils se trouvaient dans les quartiers mal-famés d'Al-Poll...
D'un geste assuré, elle aida le jeune homme à décharger le cadavre, et lui dit rapidement, d'un ton neutre :


-Jetons-le à l'eau. Les chiens le mangeront quand il sera rejeté sur la rive. Il n'en restera bientôt plus trace.

Attendant une quelquonque appréciation de la personne, Marlyn se mit à guetter les alentours, une dague rapidement dessinée apparaissant dans sa main gauche...

( pas longuet longuet, mais bon..)
( au fait, j'ai posté un ban' pour toi dans les cadeaux^^va voir^^)


_______________



Marlyn Til' Asnil | Duncan Cil' Eternit | Einar Soham | Shannon Seng
avatar

Mentaï
Messages : 31
Inscription le : 29/09/2007

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Se fondre dans la foule... (RP terminé)   Mer 24 Oct 2007 - 19:30

[Pas longuet...ben voyons! C'est long ça!]
[Merci pour la sign, elle est superbe!]

-Suis-moi

Tenant le corps loin de lui, Yew regarda la jeune fille s'entretenir avec le barman. Il secoua la tête.
Mais que venait-il faire la dedans!
La jeune fille ne savait donc pas se débrouiller toute seule...
Déplorable.
Elle obtint toutefois une clé, et lui indiqua de la suivre. Il ne bougea d'abord pas, fixant la jeune femme, masque de marbre refermé sur son corps. Il portait de nouveau le visage impavible et froid qu'il affectionnait tant. Après un regard au corps putride, il se décida à la suivre, éveillant ses sens, manière de mise en garde invisible. Il fit quelque pas, fixa la porte de chêne sans ciller. L'inconnu l'ouvrit en quelques secondes, et il la suivit en la fixant avec suspicion. De temps en temps, l'inconnue aidait le Mentaï à soutenir le corps, et celui-ci lui reléguait volontiers quelques kilos de cette ordure.
Yiewël était satisfait d'avoir quelque chose pour briser la monotonie qui l'avait submergé quelques seconde seulement après son arrivée. Quand ils furent dehors, une exhalaison putride et malsaine de décomposition vint s'imposer à ses narines, et il se força immédiatement à bloquer sa respiration nasale.
Les deux jeune gens déchargèrent le cadavre, et le Mentaï aperçut la dague que l'inconnue avait décidée. Il secoua la tête de nouveau, et s'appliqua à faire attention qu'aucun autre dessin ne le surprennent.


-Jetons-le à l'eau. Les chiens le mangeront quand il sera rejeté sur la rive. Il n'en restera bientôt plus trace.


Il la regarda sans quitter son masque de marbre, et réfléchi une demi-seconde.
Sa décision fut instantanée mais alerte. Après tout, il se fichait bien de l'endroit ou le corps se retrouverait...
Il poussa le corps dans l'eau avec son pied, et avec lui partirent plusieurs déchets. Il regarda un instant le corps disparaître puis se retourna vivement, saisissant une dague, qui alla se ficher entre les cotes d'un homme qui devait frôler les trente ans, mais qui en paraissait 15 de plus. Il stoppa en le regardant avec froideur, jeta un œil à la jeune femme, qui s'était préparé avec vivacité, et qui pourrait lâcher son poignard en quelques millièmes de secondes. Il contourna l'homme et siffla:


-Que fais-tu là?

Le Mentaï ne supportait pas de se voir épié et espionné. Bien sur, l'homme était surement là par hasard...Mais il était la au mauvais moment...L'homme se traina sur le coté, une main plaqué sur sa tuniques imbibées de sang, l'autre l'aidant à se déplacer. Il barbouilla quelques mots donc seuls quelque uns furent intelligibles:

-...C'était...Mon fils!

Yew se figea un instant. Puis le regarda d'un air faussement désolé...
C'est dommage hein?
Il adressa un signe à la jeune femme pour lui indiquer de le suivre. Rapidement,
il effaça leurs visages de la mémoire de l'homme, se rendant compte de la présence d'une autre personne dans son esprit. Il n'y fit pas attention, et se dirigea vers la porte. Il entra et fit une légère grimace en retrouvant le monde fanatique des ivres-mort qui riait fort, spectre hantant le bar. Il s’approcha du comptoir. Il allait demander un verre d’eau et proposer quelque chose à la jeune inconnue, puis comprit qu’il ne tiendrait pas, et sortit précipitamment, quoique avec une visible lenteur. Une fois à l’extérieur, sous le ciel bleu qui s’emplissait peu à peu de cumulus moutonneux, il respira avec force. Il n’avait pas fais attention si la jeune femme le suivait, mais il murmura :


-Désolée, je ne peux pas supporter la vision de ces personnes enfermées par l’alcool...

Très bien. Cette phrase montrait qu’il tenait à la liberté, et la jeune femme allait sans doute croire qu’il était marchombre…
Il s’avoua facilement qu’il se faisait des illusions. Même un marchombre ne tue pas un enfant avant de blesser son père…
Mais après tout…Il espéra en silence que les choses ne tournerait pas à son désavantage…Si les directeurs apprenait ça…Il serait à coup su renvoyé, et alors…Adieu la vengeance…Il jura dans sa tête, puis, toujours impassible, se tourna :


-Je peux te demander qui tu es ?

avatar

La Borgne
Messages : 2181
Inscription le : 30/05/2007
Age IRL : 24


Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Se fondre dans la foule... (RP terminé)   Lun 29 Oct 2007 - 11:45

Le jeune homme poussa le cadavre du voleur dans l’eau, sans faire attention tout de suite à ce qui se passait.
Le corps putride tomba à l’eau, bientôt suivi de déchets en tout genre. Le suivant négligemment du regard, l’apprentie Mentaï le vit lentement se transformer en une masse démantibulée, qui fut emmenée au loin par les remous paresseux du fleuve. Que faisait son compagnon, pendant ce temps ?
Avant qu’elle ne se décide à y accorder une quelconque importance, le jeune homme qui l’accompagnait depuis quelques minutes perçut quelque chose, qui était à présent proche de le toucher. D’un mouvement flou, presque invisible si ses yeux n’avaient pas été exercés à cela, cela, la jeune fille vit le bras de son interlocuteur se détendre, et planter une dague dans les flancs de l’épieur. Dans le même geste, la même seconde, elle avait saisi sa dague par la pointe, le bras replié, et le poignet cassé, prête à lancer sa lame mortelle dans la gorge de leur ennemi commun...
Ainsi immobilisé, et sérieusement blessé, l’homme leur apparut plus net. Marlyn rangea silencieusement son poignard dans sa manche, à portée de ses doigts, si le jeune homme s’avérait tenter de la menacer.
Le visage inexpressif, tout comme celui de son « ami », Sareyn détailla plus précisément l’être qui se trouvait au bout de la lame. Un homme filiforme, ayant pour tout habit de maigres haillons qui ne méritaient même plus ce nom, tant ils étaient rapiécés, déchirés, et sales. Le visage cave et maigre de cet homme, le menton d’où naissait une barbe de plusieurs jours, donnait l’impression que son propriétaire avait une cinquantaine d’années. Et pourtant, en observant mieux ses mains burinées, mais toutefois puissantes et jeunes, Marlyn eut la certitude qu’il n’avait guère plus que trente ans. Dans ses yeux luisait l’éclat d’une haine, rage de ceux qui ne savent où ce trouvent le mal...Qui était-il donc, pour s’être retrouvé sous le fil aiguisé de cette lame ?
Se dégageant maladroitement du jeune homme, le blessé porta une main sur la plaie, tentant vainement d’arrêter le flot de sang qui s’en écoulait. Il titubait, et son autre main, tremblante, alla se poser contre le mur crasseux le plus proche. Retrouvant ainsi une assiette plus ou moins stable, l’intéressé leur lança quelques mots, mais le sang qui lui emplissait présentement la bouche rendit incompréhensibles ses paroles. Tendant attentivement l’oreille, l’apprentie Mentaï parvint à capter quelques sons, que le jeune inconnu à ses côtés entendit lui aussi.

Oh...La masse informe qui dérivait entre deux eaux, la peau gonflée par la matière aqueuse, entrant lentement dans une phase de décomposition, l’espèce de mécréant qui avait tenté de les voler, et maintenant servait à nourrir les poissons du fleuve, était donc le fils de ce gueux ?
Décidément, les circonstances étaient bien dérangeantes...Amusant.
Tout pour briser la monotonie du quotidien de cette foutue académie...elle était prête à tout vivre, du moment que c’était un temps soit peu attrayant...
Et en l’occurrence, tendue et alerte, en train d’observer un mendiant qui se lamentait, les tripes à l’air, en compagnie d’un jeune homme qui semblait avoir les mêmes centres d’intérêt qu’elle –autrement dit étriper, tuer, et tout ce qui en découle- Marlyn s’amusait énormément. Elle apprenait, en même temps qu’elle passait le temps. Que demande le peuple, madame ?

Cependant, tandis que l’apprentie Mentaï observait avec un air passablement dédaigneux l’être insignifiant qui geignait, elle perçut un infime signe de tête du jeune homme qui était responsable des gémissements.
Le suivre ? Y avait-il un interêt à la chose ? Plantant son regard d’un noir profond cette fois-ci sur son compagnon, elle l’observa, lui.
A peine plus âgé qu’elle. Mais déjà le physique d’un adulte. Derrière ce visage inexpressif, Marlyn parvenait à distinguer une profonde envie de vengeance, comme une aura mauvaise. Après tout, n’était-ce donc pas la même qui l’imprégnait, elle ? Faite uniquement de haine et de rancœur, elle semblait pour un moment reconnaître en l’être qu’elle fixait un chemin équivalent au sien.
Serait-il possible que... ? Probable. Après tout, devant elle, il venait de tuer de sang-froid un garçonnet, de blesser dans le même temps son paternel misérable. Tout, dans ses gestes, dans son regard glacial et neutre, dans le poignard sanguinolent qu’il tenait à la main, lui hurlait qu’il n’était pas là par hasard. Qu’il suivait la même voie. Fascinant...et en même temps dangereux. Son Maître l’avait mise en garde. Les mercenaires cherchaient à la tuer, pour être l’élève du plus redoutable d’entre eux. Constamment, elle devait voir en chaque personne un danger potentiel, de la petite fille innocente qui joue avec sa poupée de bois, jusqu’à ce grand escogriffe, là-bas , accoudé au bar, qui la fixait.
Tous étaient dangereux. Sans exceptions. Et le jeune homme en face d’elle n’y faisait pas exception. Restait à déterminer quelle puissance il avait, pour savoir, si hostilité se déclarait, quelle serait, de la fuite ou du combat direct, la meilleure solution.
Apparemment, il maniait redoutablement bien la dague, et certainement mieux qu’elle, qui pourtant avait fait de la dague son arme de prédilection. Cependant, possédait-il le don du dessin ?
Question essentielle...

Marlyn investit rapidement les Spires, et tout de suite, elle sentit sa présence à lui, à son côté. Chose étrange, il semblait ne pas avoir un don extrêmement puissant, mais sa Maîtrise des Spires était bien supérieure à la sienne, qui maniait plus volontiers la puissance que la finesse.
Intéressant...
Cachant l’étendu de son propre potentiel, la jeune fille suivit l’autre dans l’Imagination, alors que celui-ci dessinait. Mais dessinait quelque chose qu’elle n’avait jamais vu. Un faux souvenir...
Soudain attentive, car cette technique lui était inconnue, l’apprentie Mentaï apprit...
Comment on efface la mémoire d’un témoin gênant.
Tout un art, qui requérait finesse, et somme toute une puissance raisonnable. Effectivement, ils étaient assez hauts dans les spires, là où se tient la limite entre Don moyen et grand dessinateur. L’inconnu possédait donc un don relativement puissant, maîtrisé en sa plénitude. Surprenant, si on le considérait comme ce qu’il laissait paraître, un élève de l’académie de Merwyn, ne cherchant rien d’autre qu’à apprendre niaisement.
Cela conforta la jeune apprentie dans son idée qu’il était bien plus que ça. Peut-être même était-elle tombée sur un Mentaï. Quel hasard, vraiment...
Quittant tranquillement les Spires, avec en tête un nouveau savoir qui lui tardait d’expérimenter sur une pauvre âme qui passait non loin, Marlyn détourna définitivement le regard de l’homme, qui, les ayant oublié, regardait son plaie béante d’un regard incrédule, avant de s’affaisser sur le côté, et emboîta le pas au Mentaï- car c’était une certitude, il était de ceux auxquels elle aspirait- qui repartait vers la taverne.

La porte rapidement refermée, une véritable explosion leur arriva à la figure. Mélange indécis de sons, d’odeurs, d’effluves malodorantes, et de gestes. La différence entre l’extérieur et maintenant était telle, que Marlyn plissa les yeux, agacée. Elle qui était habituée au silence, entendre les borborygmes sonores de ces porcs, écouter les conversations plus ou moins intelligibles, l’insupportait. Un coup d’œil rapide à son compagnon l’informa que lui aussi avait du mal à rester neutre devant un tel spectacle.
Elle, pourtant, ne montrait rien de toute sa gêne, et suivit le jeune homme au bar, alors que celui-ci s’apprêtait à s’asseoir, et à passer commande de rafraîchissements.
Mais pourtant, il ne parvint plus à se retenir. Tentant de faire passer sa démarche pour lente et naturelle, en vain, il sortit de la salle, et retourna à l’extérieur, le teint pâle.
Une fois lavé de l’air empuanti de la salle, le jeune homme semblait aller mieux. Marlyn sourit intérieurement. Etait-ce donc elle qui était étrange, de supporter l’air vicié ? Question qui n’aurait probablement pas de réponse avant longtemps...
Ne fixant rien de particulier devant lui, l’inconnu reprit, dans un murmure :


-Désolée, je ne peux pas supporter la vision de ces personnes enfermées par l’alcool...

Une phrase qui aurait pu sortir des lèvres d’un marchombre, à en juger par cet élan niais de liberté et d’air pur. Seulement, il était trop sombre pour en être un. Tenter de lui cacher le fait qu’il était Mentaï ne servait plus à rien. Juste à affirmer un peu plus son allégeance...
Se retournant vivement, il planta ses yeux sur Marlyn, et lui demanda, la voix impassible, le visage neutre, masque parfait, elle devait l’admettre :


-Je peux te demander qui tu es ?

Question banale. Mais importante. Souriant glacialement, comme toujours, l’apprentie Mentaï lui désigna une ruelle sombre et dénuée de vie, dans laquelle elle s’engouffra, suivit du Mentaï. Quand on discute, mieux vaut ne pas être dérangé. L’insalubrité qui se dégageait de la venelle ne la gênait aucunement, et elle se demanda vaguement si lui n’était pas indifféré. Après tout, qu’importe...
Rapidement, la jeune femme escalada un amas de caisse, prit appui sur une brique déboîtée, et s’éleva sur la paroi, lentement, mais avec sureté. Pourtant, elle faillit bien tomber à plusieurs reprises. Escalader n’était pas sa tasse de thé, mais elle se débrouillait, et, bientôt, après avoir crocheté différentes prises qui dépassaient du mur, allant du vieux crochet rouillé à l’étai de bois maintenant les étages, elle atteignit le toit, rattrapée rapidement par le jeune homme. Du haut de cet observatoire, on voyait sans être vu. On scrutait toute la rue passante, sans être découvert de personne. Un poste intéressant pour qui ne veut pas être dérangé.
Accroupie sur les frêles tuiles, sans plus bouger, Marlyn fixa le jeune homme, qui s’installa non loin, et prit la parole, d’une voix amusée :


-Tu peux me le demander, après cette petite balade d’agrément. Ce n’est pas tous les qu’on aide quelqu’un à se débarrasser d’un corps gênant...

Un sourire narquois se peignit sur sa face, tandis qu’elle continuait :

-Je suis une élève de cette académie, là-bas. Il me semble t’y avoir déjà aperçu. Tu y es aussi, n’est-ce pas ? Cependant, je doute que tu y sois pour le simple plaisir d’apprendre. Ne te leurre pas plus longtemps, j’ai senti que ta voie est noire, Mentaï. Seulement, je ne te crains pas, tout simplement parce qu’on ne craint pas ce que l’on veut devenir...
Passons. Je me nomme Marlyn. Marlyn Til’ Asnil. Et toi, me feras-tu l’honneur de me divulguer ton nom, ou resteras-tu caché ?


Sous son sourire ironique, elle était méfiante. Très méfiante. Sa dague glissa de sa manche à ses doigts, dans son dos. On ne sait jamais.
Surtout quand on est l’élève du plus puissant des Mentaïs...


(Enfin un post normal...>< On peut dire que ça aura été dur...)


_______________



Marlyn Til' Asnil | Duncan Cil' Eternit | Einar Soham | Shannon Seng
avatar

Mentaï
Messages : 31
Inscription le : 29/09/2007

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Se fondre dans la foule... (RP terminé)   Jeu 8 Nov 2007 - 14:22

Le Mentaï regarda la jeune fille s'éloigner. Manifestement, elle voulait qu'il le suive. Il regarda la ruelle, et se laissa trois secondes pour reflechir. Cette jeune fille était tout sauf une étudiante Normale. Alors il devait se préparrer au pire. Il voyait déjà des silhouettes tapies dans l'ombre, complices d'un piège dressé à son intention...Mais sa raison sonna comme pour le ramenr à l'ordre. Justement, elle n'étais pas Normale. Elle n'avait pas bronché alors qu'il avait tué un gamin, l'avait conduit au bord d'une rivière pour le jeter...Ce pourrait-il que...Ce n'était pas impossible. Ces gestes étaient force et précision, même dans les spires, il avait senti une présence fine et vive. Il fit quelques pas en avant, dessina une dague dans sa main droite, et concentra ses sens. Il rattrapa la jeune fille qui avait pris quelques metres d'avance. Il penetrèrent dans une ruelle vide, un coupe-gorge entre deux batiments aux pierres usées qui menaçaient de tomber sur le moindre passant...Ou sous l'effet d'un bruit...Ils marchèrent un peu, vifs, silenceiux. La jeune fille alors avisa une tas de cagette appuyé contre le mur, et entreprit de grimper. Malgré des gestes lestes, elle semblait un peu moins habile qu'un peu plus tot, entre les ivrognes. Yew n'en tint pas compte et la suivi, la main droite serrant sa dague avec force. Ils arrivèrent enfin en haut de l'entassement et gagnèrent le toi.
Le mentaï regarda à gauche et à droite, scrutant les alentours. Ils se retourna alors vers la jeune fille, au moment ou elle se mettait à parler.


-Tu peux me le demander, après cette petite balade d’agrément. Ce n’est pas tous les qu’on aide quelqu’un à se débarrasser d’un corps gênant...

Il attendit la suite, le masque ne quittant toujours pas son visage.

-Je suis une élève de cette académie, là-bas. Il me semble t’y avoir déjà aperçu. Tu y es aussi, n’est-ce pas ? Cependant, je doute que tu y sois pour le simple plaisir d’apprendre. Ne te leurre pas plus longtemps, j’ai senti que ta voie est noire, Mentaï. Seulement, je ne te crains pas, tout simplement parce qu’on ne craint pas ce que l’on veut devenir...
Passons. Je me nomme Marlyn. Marlyn Til’ Asnil. Et toi, me feras-tu l’honneur de me divulguer ton nom, ou resteras-tu caché ?


Il sentit un mouvement très leger, et sentit la jeune fille se tendre imperceptiblement. Il émit un rire, du genre « ricanement blasé » et secoua legèrement la tête comme pour dire oui. Il fixa un instant la rue. Loin à gauche, on voyait la rue commerçante bondée, et on entendait les échos des tentatives d'appetement des marchands. Des trois autres cotés, un seul autre paraissait vivant, quoique en train de se vider. Il se retourna enfin vers Marlyn. Il n'avait pas tord. Apprentie-Mentaï? Ça lui allait bien...Il sourit alors contre lui. Une apprentie. Donc un maitre. Donc, peut-être, plusieurs mercenaires...Donc, peut-être, un aide pour son plan...Il se hata de verifier que son masque n'avait pas bouger puis se tourna vers Marlyn.

-Marlyn...Apprentie Mentaï...Enchanté...

Il stoppa, fixant toujours la jeune fille, avec cet air faussement impressioné, qui, il en était sur, ne faisait pas illusion. Il continua:

-Je ne pensais pas trouver des mercenaires ici. Mais notre rencontre n'est pas mal tombée...je sui à l'Académie aussi, et, tu as deviné, pas vraiment pour apprendre...Je m'apelle Yiewël, Yiewël Feclya, si tu veux...Même si ça, on s'en fiche un peu...

Il s'arretta de nouveau, sourit. Peut-être aurait t'il du taire son nom...Mais enfin, à quoi bon...Un nom ce n'est pas grand chose...Il reprit:

-Je suis Mentaï, tu l'auras deviner...J'avoue volontiers qu'en dehors de l'Académie, je ne m'embete pas à me cacher vraiment...

Un court silence.

-Alors, tu as un maitre? Donc, il ya un Mentaï ici? Qui est-ce?

De nouveau un court silence.

-Oh, et puis, pourquoi me le dirais-tu? Après tout, ça ne t'apporterai rien...A part un peu de gloire, si c'est un Mentaï reconnu...

Cette habitude des « méchants » de ne jamais rien faire pour rien. Il sourit de nouveau intérieurement. Alors il changea la question, comme pour esperer avoir une réponse:

-Que fais-tu ici? Et pourquoi as tu choisie la si belle voie du chaos?

avatar

La Borgne
Messages : 2181
Inscription le : 30/05/2007
Age IRL : 24


Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Se fondre dans la foule... (RP terminé)   Ven 9 Nov 2007 - 19:52

Coucher de soleil sur l'horizon dégradant. Le Mentaï prit la parole. A de nombreuses reprises. Questions qui n'avaient pas de réponses, sauf un regard amusé de la jeune fille. Questions que Yiewël Feclya, car tel était donc son nom, ne voulaient pas approfondir.
Cependant...une dernière interrogation. Certainement la plus importante de toute.
Pourquoi avoir choisi le Chaos...
L'apprentie Mentaï se releva, les mains disparaissant dans ses poches, les doigts toujours crispés sur le manche d'une dague prête à être lancée. Les derniers rayons de soleil nimbaient la jeune fille d'une aura sanguinaire, et ses yeux noirs balayaient du regard la foule des passants, en contrebas. se savoir différente de chacun...Se savoir haïe de la majorité, car ce qui est dans l'ombre fait peur...parce qu'on ne comprend pas est pour nous un danger...
Chaque personne pressait le pas, tachant de distancer la nuit qui lentement arrivait, chape noire sur la lumière...Marlyn les observa un moment, perdue dans des pensées obscures, cherchant comment répondre à la question de Yiewël. A vrai dire...Il n'y a pas de réponses au Chaos. Car une réponse intime un ordre certain, est une pensée qui tend à s'ordonner, et à s'éloigner du Chaos. Le Chaos est le commencement, et ce qui a été commencé n'a pas à être achevé par des mots. N'a pas à être ramené à l'inférieur, par le pouvoir d'une simple phrase...qui détruirait ce pourquoi il a été commencé...
Non...Il n'y avait pas de réponses directe à la question. Aussi n'allait-elle pas donner ce qu'il attendait...
Après tout, la question "pourquoi" pouvait se détourner, se tordre en "Comment"...Du moment qu'elle restait vague.
Se retournant vivement vers le Mentaï, ses longs cheveux noirs ondoyant dans son dos, la jeune fille prit la parole, et avec dans la voix une nuance plus sérieuse qu'auparavant :

-Ce que je fais ici...ne te regarde pas. Il est des soirs où l'on a envie d'évacuer, et de s'éloigner de tous ceux que l'on hait. Pourquoi j'ai choisi le Chaos...?
La réponse ne se trouve pas dans les mots. Mais dans un seul sentiment. La haine. Parce que je les hais, j'ai fini par sombrer dans les ténèbres...En apparence, je n'ai peut-être pas de raison de haïr le genre humain. Seulement en apparence. Dans cette académie, j'ai trop souffert pour vouloir résister. Je sombrai dans la folie...et j'aurai fini par me tuer si je n'avais pas croisé le destin d'un homme, qui a fait de moi son élève.
Je sais qu'en moi, il y a une flamme noire, qui ne demande qu'à être attisée. Je sais qu'en moi, il y a le Chaos...
J'ai été aveuglée trop longtemps par le monde, je me suis mentie à moi-même, et j'ai dissimulé ce que j'étais vraiment. Il aura fallu 18 longues années pour que je me rendes compte du chemin qui est en moi Yiewël. Et pendant ces dix-huit années, on m'a bassiné avec des mensonges, on m'a détourné de mon but, et on m'a rendu faible. Naïve.
Maintenant, je les hais, pour m'avoir fait ça, pour m'avoir caché mon destin. Et haine est commencement de Chaos.

Avoir ainsi déballé tout son coeur lui pesait, surtout devant ce parfait inconnu. Mais après tout...il pouvait lui être utile. Il pouvait l'aider plus encore. Il pouvait lui montrer où se trouvait le chemin, lui et son Maître à elle...

(micro, mais peut pas faire plus, ce soir. ><)


_______________



Marlyn Til' Asnil | Duncan Cil' Eternit | Einar Soham | Shannon Seng
avatar

Mentaï
Messages : 31
Inscription le : 29/09/2007

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Se fondre dans la foule... (RP terminé)   Jeu 13 Déc 2007 - 14:15

[Désolée pour le retard^^]

La froid commençait à pénétrer ses vêtements, signe de la nuit qui accelèrait sa descente. Il fit jouer ses doigts, pianotant dans le vide. Il fixait Marlyn. Elle était belle, il devait l'avouer...Moins que Hayan, bien sur...Mais quand même...Il écouta le son du vent dans les fenêtre fuiyant, le chant nocturne de la ville se reveiller. Outres les oiseaux nocturnes commençant à chanter, et leurs contraires diurnes se taisant, il y avait milles choses à écouter. Au loin, les poissons avaient cessés de frétiller. Les gens rentraient chez eux, on faisait à manger, on faisait un brin de toilette, on lançait des regards chez les voisins, plus ou moins discrets. Encore plus loins, on entendait la rumeur de l'académie, emplie de pas plus jeune, plus leger, et pour même, il pouvait deviner que certains pas lui échappait...Notament, songea t'il avec amertume, « ceux qui m'interessent le plus... »...Il y avait aussi quelques personnews encore dans la rue. Certains courraient chez eux, quelques couples d'amoureux marchaient sous les premiers rayons de nuit...Certains tiraient leurs enfants, leur répétant pour la enième fois: « On ne sait jamais ce qui traine dehors la nuit... » Le mentaï sourit. Il aurait bien aimé leur dire que la nuit, il était chez lui...Mais il ne dit rien, car il y'avait autre chose à écouter. Une voix douce, chargée de rancoeur, de colère, amertume, de regrets, et que savais-t'il encore. La voix semblait descendre le long de son dos, ceressant son échine, s'enroulant autour de ses vertebres...



-Ce que je fais ici...ne te regarde pas. Il est des soirs où l'on a envie d'évacuer, et de s'éloigner de tous ceux que l'on hait. Pourquoi j'ai choisi le Chaos...?
La réponse ne se trouve pas dans les mots. Mais dans un seul sentiment. La haine. Parce que je les hais, j'ai fini par sombrer dans les ténèbres...En apparence, je n'ai peut-être pas de raison de haïr le genre humain. Seulement en apparence. Dans cette académie, j'ai trop souffert pour vouloir résister. Je sombrai dans la folie...et j'aurai fini par me tuer si je n'avais pas croisé le destin d'un homme, qui a fait de moi son élève.
Je sais qu'en moi, il y a une flamme noire, qui ne demande qu'à être attisée. Je sais qu'en moi, il y a le Chaos...
J'ai été aveuglée trop longtemps par le monde, je me suis mentie à moi-même, et j'ai dissimulé ce que j'étais vraiment. Il aura fallu 18 longues années pour que je me rendes compte du chemin qui est en moi Yiewël. Et pendant ces dix-huit années, on m'a bassiné avec des mensonges, on m'a détourné de mon but, et on m'a rendu faible. Naïve.
Maintenant, je les hais, pour m'avoir fait ça, pour m'avoir caché mon destin. Et haine est commencement de Chaos.


Les mots étaient autant de flèches. Pas des flèches banales. Pour Yew, c'était plutôt des flèches inconnues, des flèches qu'il mourraient d'envie de connaitre, d'apprendre et d'apprivoiser...Il mesura combien il lui restait à apprendre...Doucement, alors que la rue n'était plus peuplée que de trois homme, plus ivres les uns que les autres, dont le sort serait sureùent de dormir dans la rue, faute de retrouver leur logis, il regarda Marlyn, et se mit à parler:

-Alors, je ne peux te comprendre...Ma vie a grandi dans le noir, et j'ai toujours suivi le néant qui hantait mon âme et mon coeur...C'est dommage que tu ai due attendre si longtemps avant de prendre cette flamme...

Il se tut. A quoi bon exprimer par des mots ce qui ne peut l'être? La question tournoya dans son esprit. Le froid grandissait, pénetrai ses os. C'était agréable...Comme le symbola du mal tombant sur le monde, le hapant, le pénétrant jusqu'à la moelle...C'était bon sentir cette métaphore...Soudain, il se rendit compte que quelquechose lui manquait. Il se leva, avec vivacité mais pas trop brusquement, et hurla. Une seule fois, il hurla. Son cri emplit la nuit, résonna, avant que celle-ci ne le happe. Le silence revint. Rien ne bougea. Enfin, firent entendre. D'abord lointain, puis au fil de plusieurs arrêts, plus proche. Le loup grimpa sur le toit, l'effleura puis se figea devant Marlyn. Ses yeux gris plongèrent dans les siens. Son corp était tendu, ses oreilles pointées. Il était surpris. Il sentait. Yew attendait. Si le loup acceptait Marlyn, alors, il l'accepterai aussi...Et tout cela dépendait de la prochaine action de Marlyn...

avatar

La Borgne
Messages : 2181
Inscription le : 30/05/2007
Age IRL : 24


Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Se fondre dans la foule... (RP terminé)   Sam 29 Déc 2007 - 1:52

Enfin, il se décida à répondre. Mais pas avant d’avoir suivi des yeux la lente course d’un ivrogne, dont la démarche instable était souvent interrompue par des brusques éclairs de lucidité. Eclairs durant lesquels l’homme se tenait la tête, perdu, et, d’après ce qu’elle pouvait entendre, se lamentait sur sa condition et son avenir. Puis replongeait dans sa semi inconscience éthylique. Quel spectacle passionnant que cette débâcle humaine, ce parfait exemple de la décadence des plus faibles. Car après tout, seuls les faibles trouvaient refuge dans l’alcool. Oublier plutôt que d’affronter, voilà leur état d’esprit. Et en y repensant...
Elle avait été de cette race... avant de trouver le chemin qui la guiderait pur toujours, elle avait été alcoolique. Oh, peut-être pas au point d’en être dépendante... Non, mais elle se souvenait parfaitement de ce qu’elle ingérait dans les bars, une fois la nuit venue, à la fin des cours. Marlyn venait souvent, quand le soleil disparaissait, souvent...
Jusqu’à ce fameux jour. Le jour où tout pour elle avait changé. Le jour où il était apparu devant elle, la faisant chuter de cheval. Elle avait eu si peur qu’il ne la tue, à ce moment-là... Rah, la jeune fille s’en souvenait comme si c’était hier. Ces yeux gris et compatissants à sa terreur... ces mots assénés sereinement. Et cette main tendue... Qui allait sceller le pacte dans le sang. Et bouleverser son existence.

C’est bien pour ça qu’elle se trouvait en compagnie d’un Mentaï, à ce moment précis. Grâce à Lui...
Ecoutant à moitié les dires de Yiewël, tout en contemplant la chute misérable de l’ivrogne dans le fleuve, Marlyn sourit. Elle était bien, sur ce toit, à contempler le monde. Leur monde... Celui qui appartenait à sa guilde une fois la nuit tombée. Qui sait, peut-être que dans la venelle, là-bas, quelqu’un se faisait tuer... ? Dans ce recoin insalubre qui était offert à leur vue, du haut de cet observatoire, l’apprentie Mentaï put observer du coin de l’œil un vol à la tire, tout en surveillant le jeune homme, qui venait de se relever.
Que faisait-il donc... ?
La lune jetait des reflets d’albâtre sur sa longue chevelure noire, qui ondulait, comme l’alizé nocturne prenait lentement le contrôle des airs. Il avait les mêmes cheveux qu’elle, à bien y réfléchir... Quoi d’autre était donc similaire à elle dans ce jeune homme, qui les rapproche ... ?
A tant de points communs, elle ne pouvait voir que l’avantage de l’inconvénient. Elle avait besoin de ce Mentaï, et le comprendre l’aiderait à ce qu’il ait confiance en elle. Alors qu’elle était perdue dans des pensées toutes plus noires les unes que les autres, un hurlement parvint à ses oreilles.
Un seul. Mais long.
Unique, mais semblant d’infini.
Et envoûtant, si envoûtant...
Marlyn ferma un instant les yeux, laissant son corps vibrer au diapason de ce son si pur.

Qui bientôt cessa, laissant derrière lui la traînée embrumée de son écho...
La jeune fille se relevait elle aussi, quand elle sentit une présence approcher. Pas une présence humaine. Non... cette aura dégageait une sauvagerie animale, contrôlée, mais dangereusement puissante... Si agréable à sentir couler sur le grain de sa peau. Elle la voulait, cette puissance. Posant les yeux sur le jeune homme, qui semblait attendre quelque chose ou quelqu’un, elle sut qu’il allait l’aider.
Si seulement elle avait su à cette heure-là que son nom allait lui accorder un sursis de vie...

Mais pour l’heure, ses pensées et yeux étaient entièrement rivées sur la forme qui apparaissait. Un loup... Probablement celui d’Yiewël.
Il avança légèrement. Ses yeux gris contrastant avec le rouge sanguin de ceux du Mentaï. Sa démarche était lente, empreinte de grâce et de majesté, quand il était dans les jambes du jeune homme.
Mais quand il l’aperçut, son allure changea. Son poil se hérissa, il grogna, dénuda des crocs à faire pâlir plus d’un homme. Mais pas la jeune fille. Elle avait bien l’habitude de ce genre de prédateurs. Après tout, avant d’entrer dans cette Académie, elle avait bien vécu à Baraïl, avec... Non, ne pas y penser !

Elle ne disparaîtra de ton esprit quand tu cesseras d’y penser, Marlyn ! Oublie-là, elle n’est plus rien pour toi, tu as trouvé ta voie, tu as trouvé ton Maître, alors ne pense plus à elle. Tu vas te détruire de l’intérieur avec ton passé...

Le mental, le mental... C’était tout ce qui lui manquait. Sareyn avait toujours fait preuve de trop de spontanéité, elle se laissait bien trop souvent submerger par les sentiments trop forts pour elle. La haine, la colère... Et les souvenirs enfouis au plus profond de son cœur, elle tâchait sans arrêter de tirer un trait dessus. En vain. Le loup était là pour lui rappeler son enfance. Des images, semblables à un véritable torrent émotionnel, se mirent à défiler, devant ses yeux, agaçantes et récurrentes.
Le jeune homme l’avait bien compris, en voyant son air vague et lointain quand elle avait vu le loup. Qui grognait, d’ailleurs.

Maitrîse tes pensées, Marlyn, tu es seul maître de ton corps... Ton Mental, tu apprends petit à petit à le réfréner, IL t’aide, alors fais des efforts...

Arwen, la forêt, la maison, l’attaque, la solitude, la tombe, le sang sur la pierre, la dague, la haine, Arwen, le tigre, la maladie... Trop de souvenirs, trop de souvenirs... Et ce loup qui la dévisageait...
En proie à une véritable crise de souvenirs, l’apprentie Mentaï ferma les yeux, et avança lentement la main vers l’animal, sous les yeux de Yiewël. Arwen, la dague, le sang, les sanglots, la vengeance, la forêt, Yiewël, la rue, là, devant...
Sa main effleura le poil du loup. Mais celui-ci dut sentir son trouble. Car il la mordit jusqu’au sang, violemment. Retirant vivement sa main, Sareyn ouvrit à nouveau les yeux. Le sang coulait lentement de la plaie, sillon écarlate sur une peau blanche de n’avoir vu le soleil.
Elle avait mal ? Nan, pas vraiment... Après tout, elle avait connu pire, bien pire que cette petite morsure. Mais pour éviter qu’une infection se déclare bêtement, l’apprentie déchira un morceau de sa tunique, et en entoura la plaie qui barrait le dos de sa main. Jeta un regard mi-moqueur mi-amusé.
La douleur l’avait aidé un peu à chasser les souvenirs de son esprit ténébreux. Mais pour combien de temps encore... Elle savait pertinemment qu’ils allaient revenir.
Et pas plus tard que maintenant. Détournant vivement la tête, pour empêcher Yiewël de voir la chape grise qui voilait son regard.
Arwen, la forêt, les chemins, la solitude, les brigands, la vie sur la route, la nourriture si durement gagnée...
Elle tendit à nouveau la main bandée, que le loup essaya à nouveau de lui happer. Sans y parvenir. Ses doigts se saisirent violemment de la peau fourrée de la nuque, qu’elle serra inconsciemment, obligeant la bête à se débattre.
La mort, les pleurs, le serment, Arwen...


-Je maîtrise mon ... destin !


Le dernier mot avait été prononcé avec difficulté, elle avait les yeux fermés, tout se brouillait...
Et sa poigne se resserra encore...
Jusqu’à ce que le loup gémisse et se soumette entièrement, la queue entre les jambes et le poil ras. Elle avait gagné son combat tacite de volonté avec la bête... Et les souvenirs s’en allèrent enfin, chassés par sa hargne et son amertume.
Marlyn rouvrit les yeux. Elle haletait. Foutu mental de merde ! Elle ne pouvait donc pas s’empêcher de se laisser engloutir sous les sentiments ?!
Déglutissant avec peine, la jeune fille reprit raison, et s’assit à nouveau, bientôt suivie de Yiewël. Examina un peu sa main. Rien de bien méchant, vraiment. Dans quelques jours, elle pourrait enlever le bout de tissu qui lui servait de contention. Mais pour le moment, Sareyn posa à nouveau ses yeux noirs sur le Mentaï, et reprit :


-Désolée pour ton loup. Je... je n’avais pas l’intention de lui faire... ça. Au moins, il a compris de que je ne suis pas une fillette. J'espère que tu l'as compris aussi.

Sourit faiblement, et se mit à rire. Pourquoi ? Elle s’en savait rien elle-même. Mais elle reprit bientôt contenance, et continua :

-Où l’as-tu trouvé ?


_______________



Marlyn Til' Asnil | Duncan Cil' Eternit | Einar Soham | Shannon Seng
avatar

Mentaï
Messages : 31
Inscription le : 29/09/2007

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Se fondre dans la foule... (RP terminé)   Mer 16 Avr 2008 - 0:40

[C'est pas terrible, désolé...]

La nuit est une douceur qui ne s’offre pas à tout le monde. Rares sont les gens qui connaissent son odeur, sa fraîcheur, sa langueur. Plus rares encore sont ceux qui profitent de ses caresses, de son souffle léger sur les nuques dénudés, de sa noirceur insolite. Encore faudrait-il que les gens n’en aient pas peur…La nuit, c’est un symbole de la crainte…Tant mieux ! Que ces malheureux tremblent dans leurs chaumières, qu’ils se croient protégés dans leurs cahutes…Il est tellement agréable de jouer avec un homme qui tente de protéger sa conquise et ses héritiers, les acculant dans un coin en les condamnant…Il est doux d’abattre ce tendre héros, de glisser le long de son corps, de voir la belle s’effondrer, tâchant sa belle robe de neige, l’imbibant de sang chaud, velouté et glissant. Parfois, on peut profiter de la belle, sous le regard terrorisé des enfants, petites poupées en proie à des tourments mêlant souffrance et horreur. On ne peut se retenir alors d’abréger leur douleur en caressant leur corps d’une dague, traçant des dessins sur la peau blanche et tendre, comme ils le font à l’école. Puis retour au cœur de la nuit, juste au creux de l’ombre…Savourer un peu de liberté.

Le bras de fer entre le loup et la jeune fille semblait avoir un but inconnu, mais d’une importance flagrante, quand on voyait la force que chacun mettait dans ce combat. Plus qu’un combat pour l’animal aux yeux de cendres, l’apprentie mercenaire semblait se battre contre elle-même. Kelowna semblait avoir déclancher la crise. Il avait testé de belle manière la jeune fille. Elle semblait céder.

-Je maîtrise mon ... destin !

Il les regardait sans bouger. Il avait gagné. Pas forcément contre le loup, mais contre elle. La jeune mercenaire semblait sortir d’une étrange transe. Elle s’excusa puis se mit à rire.

-Où l’as-tu trouvé ?

Il s’assit. Son visage n’avait pas changé depuis quelques minutes auparavant, avant qu’il n’appelle Kelowna. Il se tourna vers elle, la regarda un instant. Il se mit à parler, ignorant sa question.

-Quelque soit ce contre quoi tu te battais, il est dangereux de lui accorder une image comme tu viens de le faire. Tu devrais te battre seule plutôt que sur quelqu’un.

Il s’arrêta. Elle avait de nombreuses choses à apprendre. Il n’en doutait pas. Elle savait grands nombres de choses, et il n’en doutait pas non plus. Ce qu’il ne parvenait pas à voir, c’était la limite entre les deux. Elle apparaissait, mais plutôt floue. Indécise. Il ajouta :

-Sans compter que la force est bien piètre solution…

Il se sourit. Il aimait la force. Mais plus encore, il savourait le plaisir de dominer. Le plaisir de maîtriser. « Face à un homme, tu deviens venins. Par tes paroles tu pénètres son corps. Le sang absorbera et guidera le poison à travers son corps. Il évoluera et se répandra par ses veine…Il te suffit de continuer à injecter ton poison… » . Des mots de Gendaï. Il aimait sentir qu’il pouvait faire faire à ces doigts ce que bon lui semblait, que se corps entier était à sa merci…Il aimait que l’autre lui appartienne. Les yeux perdus dans le vague, il répondit enfin.

-Il m’attendait. Chez les frontaliers.

Il laissa ses pensées vagabonder. « Je dois être le dernier… ». Il pensa à la marchombre. Ena…Sa fille. Il voulait sa fille. Il devait avoir sa fille puis la tuer. Sa fille allait devenir une Mentaï comme on en a vu peu. Il devait l’avoir. Une idée se fraya un chemin dans son esprit, calmement. Il se tourna vers Marlyn.

-Y a t’il des Mercenaires, par ici ?


Si quelque chose était préparé, il voulait y participer…Et si jamais…
Patienter, attendre encore…

Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Se fondre dans la foule... (RP terminé)   



 
Se fondre dans la foule... (RP terminé)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires
-
» Comme une ombre dans la foule... [libre] [TERMINE]
» Sans famille, seul au monde, on tremble dans le froid ? ( terminé )
» Un long voyage jusque dans tes bras [Sarah - Terminé]
» Les folles aventure de Roxie et Pete dans les sous-sols... (terminé)
» Une ombre dans la foule

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Académie de Merwyn :: Partie RP :: 2008-